Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Le crédit aux particuliers et la crise chinoise

Facebook Twitter Email Imprimer

Le crédit aux particuliers et la crise chinoise

L’éclatement de la bulle chinoise à laquelle nous assistons devrait nous conduire, au-delà de la seule analyse économique – sur laquelle nous reviendrons ultérieurement – à nous interroger sur la dérive actuelle du fonctionnement de l’économie dans tous les pays du monde, d’une part sous l’influence de la « mathématisation » de l’économie, comme disait autrefois Jacques Ellul et, d’autre part, sous la poussée de l’individualisme qui conduit chacun à rechercher son intérêt individuel immédiat sans se soucier de l’intérêt général – encore moins du bien commun.

Lorsque l’investissement immobilier a commencé à paraître s’essouffler en Chine, alors que les marchés financiers faisaient preuve d’euphorie, « l’immense majorité des investisseurs sur les valeurs cotées en yuans, ont gonflé artificiellement leurs mises en empruntant massivement pour jouer en Bourse » et participer ainsi au partage du gâteau. Haiyan Li-Labbé expliquait récemment au Figaro que « près de 25 % des titres qui s’échangent sur les marchés chinois sont ainsi détenus par le biais de crédits contractés par des particuliers ».

Ce type de crédit ne correspond pas, malgré les apparences à un crédit à l’investissement mais à un crédit à la consommation. En effet, pour les « investisseurs-emprunteurs », il ne s’agit absolument pas de soutenir l’activité d’une quelconque industrie utile au pays, mais de participer – si possible – au partage des bénéfices qui résultera de la spéculation financière. Qu’il y ait de la part des « emprunteurs-investisseurs » un motif de sécurité (comme aurait dit Keynes) et qu’ils n’aient eu en vue que de protéger leur future retraite, cela est possible. Mais ils l’ont fait à partir d’un raisonnement purement financier, sans sous-jacent économique : il s’agissait de participer au partage des plus-values résultant du processus de fuite en avant qui soutenait l’activité des marchés financiers.

Or, ce processus de fuite en avant a été clairement soutenu par les pouvoirs publics chinois, comme il l’est partout dans le monde, car c’était la seule façon de maintenir une croissance apparente des chiffres à défaut de participer à la poursuite du bien commun. Notre système économique mondial est en effet devenu le monde de l’apparence sur lequel les hommes politiques en place cherchent à « capitaliser » en espérant refiler les difficultés qui ne manqueront pas d’éclater, à leurs successeurs.

L’outil principal de ce transfert est le crédit

Le crédit n’est plus la confiance que peut avoir le prêteur dans la solvabilité future de l’emprunteur du fait de la qualité et du réalisme de ses projets. Le prêteur ne cherche plus à connaître son emprunteur, à savoir s’il peut lui faire confiance pour utiliser, dans le futur, les sommes mises à sa disposition pour vivre normalement, lui et les siens, et dégager une plus-value économique qui lui permette de rembourser sa dette.

Le crédit est devenu le résultat d’un calcul statistique froid sur la capacité dont les individus placés dans des circonstances analogues ont montré, dans le passé, qu’ils avaient remboursé leurs dettes, que ce soit grâce à leur activité économique, soit grâce à la valeur des « collatéraux » remis en garantie. L’avantage du « collatéral » sur le bien remis en garantie est que le prêteur n’a aucune formalité à remplir pour s’en saisir. L’inconvénient est que sa valeur varie souvent dans le même sens que la capacité du débiteur à rembourser ses dettes. En période d’euphorie économique ou surtout, d’expansion financière (artificielle ou non) ce système est fiable et ne nécessite aucune connaissance particulière du client ni de l’usage qu’il fait du crédit demandé. Si la conjoncture se retourne, tous les établissements sont logés à la même enseigne et les Pouvoirs publics sont obligés d’intervenir.

Dans un tel monde, les banques ne cherchent plus à accompagner leurs clients en leur faisant crédit, c’est-à-dire en leur faisant confiance tant au regard de la valeur intrinsèque de leur projet que de leur capacité à le mener à bien.

Le crédit n’est plus qu’un simple « produit » qu’il faut « vendre » pour en tirer le plus rapidement possible le bénéfice financier le plus important possible. Il est d’ailleurs symptomatique de constater que dans la plupart des banques on demande aujourd’hui aux « conseillers » de « vendre » la plus grande quantité possible de crédits. Mais le monde oublie que le mot vendre signifie aussi bien « céder en faisant payer » que « trahir », « abandonner quelqu’un contre une somme d’argent ».

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

1v1.lol unblocked google sites unblocked bit life unblocked slope unblocked yohoho unblocked io games unblocked drive mad unblocked 1v1.lol unblocked io games krunker.io 1v1.lol
melbet megapari 1win giriş melbet giriş melbet giriş melbet melbet giriş onbahis giriş megapari

Inscription à la newsletter

Ne manquez aucun article de Politique Magazine !

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Politique Magazine ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !