Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Fontevraud, le souffle perdu de la culture contemporaine

Facebook Twitter Email Imprimer

Fontevraud, le souffle perdu de la culture contemporaine

Une fois n‘est pas coutume ! j’aimerais aujourd’hui vous parler d’un monument magistral que les cultureux contemporains s’épuisent à faire vivre par des « animations ».  On sait que le mot vient de anima, le souffle l’âme aussi, mais la sémantique est cruelle, point de souffle et point d’âme mais de l’animation bien pauvre, de l’agitation plutôt.

Par cette belle journée  de novembre toute ensoleillée, je décidais de me rendre à l’Abbaye royale que je n’avais pas visitée  depuis quelques années après sa désaffectation carcérale. Là, installée dans son vallon, l’abbaye royale est comme sertie comme un joyau par les collines et les forêts qui l’entourent dans une vision immémoriale. Rien à dire sur la restauration monumentale, la pierre est magnifique, le tuffeau rayonne au soleil d’automne la nef, de facture angevine, comble son visiteur, et les gisants d’Aliénor et d’Henri II Plantagenet sont toujours  aussi beaux, d’une facture médiévale hiératique et  émouvante de simplicité. Même s’il y a débat entre  architectes sur les modalités de la restauration, on ne saurait entrer dans ce débat  tant le monument  rayonne de splendeur, du XIIIe au XVIIIe siècle.

point de chronologie

Est-ce la pierre ou plus encore l’harmonie commune à ces époques ? Grand Moûtiers, cloître, bâtiments conventuels, salle capitulaire infirmerie et  prieuré Saint-Lazare, la succession des styles se conjugue harmonieusement  sans véritable rupture. Fondée en 1101 par Robert d’Arbrissel Fontevraud, nécropole des Plantagenêt fut un monastère mixte accueillant femmes et hommes, de très grandes abbesses le dirigèrent, dont certaines de sang royal , Renée de Bourbon, puis Louise de Bourbon abbesse durant 41 ans, Gabrielle de Rochechouart qui fit jouer Esther de Jean racine et  la dernière Julie-Juliette de Pardaillan, toutes femmes de forte personnalité et de grande culture (l’une d’entre elle fut la traductrice du Banquet de Platon).  Aujourd’hui, pour connaître ces femmes et ces hommes, le visiteur ne pourra le faire que parcimonieusement, tout se passe comme si leur marque devait être non pas effacée- c’eut été trop gros- mais amenuisées. C’est ainsi qu’on en prend connaissance, au détour d’une salle, sans fil conducteur, de ces femmes admirables. Des correspondances de Bossuet, de Racine et de Louis XIV, sont pareillement évoquées, par accident, au détour d’un petit jardin aux allures ludiques, en apparence destiné aux enfants, où sont reproduites les signatures de ces illustres personnages sur des panneaux prosaïques et anodins. Point de chronologie (comme à l’école d’ailleurs) mais épars, les signes du passé ! Aucune pédagogie de l’œuvre royale et monacale !

Stérilité contemporaine

 En revanche le XX °siècle y a imprimé sa marque et le XXI° suit, pour l’heure, sa trace, celle d’une rupture. C’est désormais le Centre Culturel de l’Ouest (financé à 90% par la Région socialiste en 2010) et non plus l’Etat qui gère l’édifice, quoiqu’il en reste propriétaire.

La marque en est surtout celle de la stérilité d’une génération, au pouvoir depuis 50 ans et qui commence singulièrement à lasser… il est temps qu’elle s’efface. Les griefs du visiteur, s’il a quelque jugement critique, porteront d’abord  sur une impression d’ensemble, la modernité a vidé le monument non seulement  de sa substance spirituelle mais encore historique. Pourchassée, édulcorée, les cultureux en charge du monument font dans le négationnisme plouc. Passons sur les innombrables maquettes de l’abbaye, non sans intérêt même si une seule eut suffi, mais, ludique oblige, le visiteur se promène dedans, ou fait actionner les machines (coûteuses) tandis que les enfants la reconstituent en lego plastique. Pardon, me dira le stipendié culturel de service, mais on peut voir une exposition sur le thème de l’enfermement puisque l’abbaye fut transformée après la révolution en prison jusqu’en 1963. Une première chose fort désagréable dans cette exposition est le rapprochement fait entre l’enfermement carcéral et la vocation monacale, les documents qui figurent dans cette exposition ne sont pas sans intérêt mais le fil conducteur repose sur un énorme contresens, le choix du couvent relève du libre arbitre, en dépit de quelques cas «  familiaux ».  Manifestement ce qui inspire le thème de l’enfermement  (quoique non cité)  c’est la sociologie soixante-huitarde de Michel Foucault dans son livre Surveiller et Punir (1975).Plus loin, encore sur le thème carcéral, encore une fois, une salle est consacrée à Jean Genet, qui fut un temps enfermé à Fontevraud. Bien sur ce personnage sulfureux a quelque chose de pathétique et d’émouvant dans son errance, mais on pourra trouver qu’après M. Foucault cela fait beaucoup d’homosexuels à l’honneur.

 Bref le beau soleil déclinant sur l’abbaye, en la quittant on se prenait à songer que décidément le contenu culturel  ne valait pas son contenant .Une sourde impression qu’on nous avait volé quelque chose dominait.La plus grande cité monastique de l’Occident classée au patrimoine mondial de l’humanité méritait mieux que ces tableaux étriqués  et idéologiques, que ces parcours ludiques,  que cette désertion assumée du sacré. Sans doute est-ce là une des explications au déclin de l’Occident.

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés