Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Un peu de rêve

Facebook Twitter Email Imprimer

Un peu de rêve

Et si nous rêvions un peu ?… Pas de beau rêve sans femme ! Que dites-vous de Sémiramis, « Qui vient des colombes », qui régna sur la moitié du monde et séduisit l’autre moitié, qui construisit au bord de l’Euphrate la merveille des jardins suspendus ; imaginez-vous cette reine, aussi belle que majestueuse parcourir, entourée de sa cour, de guépards, et d’oiseaux de paradis, les cyclopéens remparts de Babylone…
Rêvez-vous de Balkis, la reine de Saba franchissant les remparts de Jérusalem sur son éléphant caparaçonné d’or : on avait pour elle transformé une porte de la ville en arc de triomphe ; avec elle cheminaient par centaines les chameaux du désert chargés d’or et de parfums, et tous les rois ses vassaux, et tous ses guerriers en leur fière vaillance ; Salomon dans sa gloire l’attend sur l’esplanade du temple, et près de lui se tient le Grand Prêtre revêtu de l’éphod…
Émerveillez-vous du souvenir ineffable de Nefertiti, « La Belle est venue », princesse de Syrie promise au Pharaon Akhenaton ; elle s’avance, gracieuse et hiératique vers son époux, son regard est mystère et promesse, et ils règneront ensemble sur Amarna, la cité consacrée au dieu Aton, qui disparaîtra après eux.
Apitoyez-vous sur Zénobie, « Vie de Zeus », reine de Palmyre, qui régna sur un empire taillé dans la Syrie, la Cappadoce et l’Égypte au défi de l’empire romain, et finit dans le cortège triomphal d’Aurélien son vainqueur. Le vent du désert récite encore à l’ombre des portiques les exploits, les revers de la reine, et se tait sur sa fin malheureuse…
Auriez-vous été séduits par Cléopâtre la ptoléméide, reine d’Égypte, qui envoûta César le conquérant mûrissant, lui donna un enfant, Césarion, qui disparaîtra dans les remous de la guerre civile ; subtile et envoûtante prêtresse de l’amour et du pouvoir, elle abandonnera Marc-Antoine dans la défaite et périra du venin mortel d’un aspic !…
Mais certains diront plus simplement :

Moi, j’ai peur de Philomène,

Vers l’enfer elle m’entraîne

Ou :

Moi, je frissonne d’Hélène,

Qui va nue à la fontaine

Ou encore :

Mais l’énigmatique Pasiphaé

De poisons peut s’enivrer, évohé !

Tandis que la gracieuse Aglaé

Au vieux port va s’encanailler, ollé !

Ou pour finir :

Celle qui m’a choisi, c’est la Julie,

Son cœur est fleur et c’est la plus jolie !

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

Civilisation

Gouverner c’est douter. Le scepticisme méthodologique chez Montaigne

Gouverner c’est douter. Le scepticisme méthodologique chez Montaigne

Par Louis Soubiale

Rien ne paraît plus audacieux à l’homme – devrait-on ajouter l’épithète moderne, comme pour caractériser ce type d’homme occidental enfanté par un XXe siècle techniciste, mécaniciste, en un mot, déspiritualisé – que de défier ce qui le transcende, même ce à quoi son entendement se dérobe, ne se souciant guère que sa raison soit enténébrée dans l’ineffable et l’inaccessible, que son Logos s’évapore dans l’immensité infinie du cosmos…