Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

PROTOCOLE POUR ÉLEVER UN BEAU JOURNALISTE

Facebook Twitter Email Imprimer

PROTOCOLE POUR ÉLEVER UN BEAU JOURNALISTE

Prendre un sujet flexible, au départ à peu près inculte, lui instiller quelques petites choses, de telle sorte qu’au sortir de la pépinière, il sache peu de chose, mais que ce peu de chose, il le clame péremptoirement avec une fierté de jeune rhododendron tout juste fleuri. Le tuteurer de manière à ce qu’il ait un avis sur tout, avis parfaitement conforme, tel qu’il lui aura été infusé par les puissances occultes sous forme d’engrais.

Lors du tuteurage et de l’engraissement, lui apprendre à remplacer les mots trop brefs par des mots plus longs, comme privatif pour privé, dangerosité pour danger, distanciel ou distanciation pour distance, méthodologie pour méthode, etc., etc. Plus c’est long, plus c’est bon. Lui apprendre encore quelques mots d’anglais et de préférence d’anglais informatique pour remplacer d’affreux mots français desséchants. Lui enseigner d’ailleurs quelques fautes de français ou l’encourager avec une main verte et caressante à y persévérer. Lui dire de courir après les expressions toutes faites, les clichés à faire pâmer les bobos, les idées branchées et de cracher des sèves vénéneuses sur les penseurs originaux.

S’il passe de la presse écrite à la télévision, ce qui rend le journaliste beaucoup plus beau, que d’abord il n’oublie pas sur le tas de compost les sucs nutritifs durement obtenus. Le mot long, la faute de français, la pensée commune feront toujours sa force. Puis, comme on vient de le dire, il lui faudra accéder à de nouvelles beautés. Il lui faudra apprendre à bien tenir un sécateur et à couper la parole à ses invités, surtout à ceux qui ont la disgrâce d’être mal pensants. Il faudra qu’il devienne teigneux, que ses fleurs se referment, que ses sourires s’effacent, sauf le sourire de la fleur carnivore adressé justement aux mal pensants, pollueurs de la sphère intellectuelle. Il s’érigera alors (s’ériger est le mot, il aura bien grandi, il aura atteint sa taille définitive et superbe), reprenons : il s’érigera en juge sévère, impitoyable, inexorable, lugubre ; il condamnera, il foudroiera du haut de son audimat le pauvre ilote qui s’est égaré dans les studios et qui a tenté de balbutier quelques mots. Il sera devenu un très beau rhododendron.

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

France

Entre conquête électorale du pouvoir et bloc idéologique : une actualité de Gramsci

Entre conquête électorale du pouvoir et bloc idéologique : une actualité de Gramsci

Par Louis Soubiale

La dernière élection présidentielle française a montré, davantage, sans doute, que ses devancières, que jamais le concept d’hégémonie n’aura semblé, sans jeu de mots, aussi littéralement prédominant, surplombant toute autre explication économique, politique ou sociale. Ici, la vieille notion légale-constitutionnelle de majorité n’est jamais apparue aussi peu opératoire, sinon dépassée.

Inscription à la newsletter

Ne manquez aucun article de Politique Magazine !

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Politique Magazine ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !