Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

PROGRÈS DE L’AMNÉSIE

Facebook Twitter Email Imprimer

PROGRÈS DE L’AMNÉSIE

Les pédagogistes qui œuvrent charitablement depuis plus de trente ans et concoctent les programmes d’histoire ont réussi leur coup : ils sont parvenus à dégoûter les jeunes Français de l’histoire et leur ont procuré une amnésie carabinée. Demandez à un jeune Français de lui parler d’un événement colossal qui a eu lieu il y a quarante ans ou plus, il écarquille les yeux, dit : « Je n’en sais rien, je n’étais pas né », hausse les épaules et soupire à votre endroit : « Vieux schnoque ! » J’ai entendu à la télévision lors d’un jeu à prétentions culturelles une dame répondre à la question : « Qui a gagné la bataille d’Iéna ? » – « Louis IV » mais cette même dame, quand on lui demanda le nom d’un braillard de tel groupe soi-disant musical, puis le prénom de telle actrice néo-zélandaise tout à fait contemporaine, répondit avec une exactitude qui n’étonna personne. Lors de la dernière élection présidentielle, une bourgeoise du meilleur genre m’accosta et m’entreprit pour m’inciter à voter Macron en criant au changement. Je lui dis placidement : « Changement ! Changement ! Ce sera la suite de Hollande. » – « Oh ! fit-elle » – « Mais lui expliquai-je, il a été le ministre de Hollande » – « Oh ! mais il y a si longtemps. » (il y avait six mois) – « Il a été son conseiller à l’Élysée ». – « Ah ça non ! me rétorqua-t-elle avec la plus extrême énergie ». Et elle partit d’un grand rire dédaigneux d’hyène asthmatique.

L’amnésie se conjugue avec l’autruchisme pour rendre les Français gentiment gouvernables. Certains se figurent que la crise du coronavirus aura appris à nos compatriotes des tas de choses, qu’ils vont demander des comptes, exiger des « remises à niveau », des « mises à plat sur la table », etc. etc. Mais non, dès que le coup de pied au cul de l’autruche à la tête dans le sable aura cessé d’être douloureux, dès que la fesse aura perdu de sa rougeur, retrouvé une blancheur innocente, on aura tout oublié, on aura remis ses œillères et allez, hop, en avant ! On peut être rassuré du côté du manche.

 

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

Inscription à la newsletter

Ne manquez aucun article de Politique Magazine !

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Politique Magazine ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !