Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Porte de Versailles

Facebook Twitter Email Imprimer

Porte de Versailles

Le président des syndicats agricoles est arrivé tôt sur les lieux, ce samedi 29 février 2020, pour inaugurer le nouveau Salon de la Politique qui se tient Porte de Versailles. Suivi d’une impressionnante délégation d’éleveurs, il a parcouru les stands des différents ministères à grandes enjambées. Malgré la délicieuse odeur d’imprimante et la douce chaleur des ordinateurs, l’ambiance était sous haute tension entre les exposants – ministres et fonctionnaires – et les provinciaux venus visiter la plus grande administration de France.

Les paysans étaient protégés par un important service d’ordre ce qui a permis d’éviter des affrontements directs mais n’a pas empêché les exposants de les huer et, plus généralement, de leur manifester une réelle hostilité. Certains responsables politiques ont ainsi ostensiblement tourné le dos à la délégation agricole. Le reproche majeur fait par l’administration aux professionnels de la terre, depuis des années, est qu’ils ne savent pas apprécier à leur juste valeur les efforts déployés pour leur bien être. Au terme d’un dialogue franc et cordial avec le ministre de l’Agriculture, le président des paysans a conclu que chacun devait faire son devoir et que, s’agissant des reproches qui étaient faits à ses troupes, il fallait prendre en compte l’attitude égoïste de leurs collègues européens sans compter celle de son prédécesseur, incapable notoire.

L’arrivée des céréaliers, considérés comme les bons élèves de la CSP par l’administration, a permis de relâcher un peu la pression. On a pu échanger quelques bons mots sur le stand du ministère de l’Ecologie et y déguster un nouveau projet de loi transposant la directive sur les produits « bio », lu par un sociétaire de la Comédie Française. On déplore cependant un incident grave sur le stand de Clémentine situé à quelques mètres de là. On sait que cette année, la vedette du Salon est une fonctionnaire émérite du Quai d’Orsay, Clémentine, qui a vécu la dernière session de négociation sur l’ancienne politique agricole commune à Bruxelles. Alors qu’elle paissait tranquillement dans son enclos, racontant ses souvenirs aux badauds, une ramette de papier A4 de fort grammage fut lancée dans sa direction.

Heureusement, Clémentine n’avait rien perdu des réflexes acquis au cours de sa longue et brillante carrière dans les bureaux : faisant preuve d’une souplesse que sa corpulence ne laissait présager, elle réussit à détourner l’objet contondant par un mouvement de son avant-bras gauche. La police cherche encore à identifier l’auteur de cet attentat. Heureusement, l’état d’urgence a permis d’arrêter une douzaine de personnes, dont trois mineurs, toujours interrogées à l’heure actuelle. En privé, un ministre se plaignait que les agriculteurs « profitent une fois par an du Salon de la Politique pour faire de belles promesses » mais en repartent sans réelle intention ni d’ailleurs possibilité d’améliorer la production et de faire baisser les prix. Désabusé, il concluait : « Tout ça finira mal ».

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés