Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Le dessin, dans l’intimité de l’oeuvre

Facebook Twitter Email Imprimer

Le dessin, dans l’intimité de l’oeuvre

Dernier jour d’ouverture pour le Salon du dessin, qui expose jusqu’au 31 mars des centaines d’œuvres dans le superbe écrin du Palais Brongniart à Paris. De son côté, le musée Cognacq-Jay expose des dessins de François-André Vincent (1746-1816). Compagnons de notre enfance, les crayons, aquarelles ou pastels ont aussi été abondamment utilisés par les artistes des derniers siècles. A découvrir.

En dépit de ses œuvres qui peuvent se vendre très chères, le Salon du dessin offre au visiteur un sentiment de proximité artistique : qui ne se souvient des dessins de son enfance ? Crayon, aquarelle ou pastel sont les principaux instruments utilisés dans les œuvres exposées jusqu’au 31 mars au Palais Brongniart.

En tout, 39 galeristes font découvrir leurs trésors. La place est rare (et chère : 20 000 euros pour la semaine). Dessins figuratifs ou abstraits, maquettes pour un futur tableau, projets de décorations de bateaux, de plafonds ou de bâtiments… Il y en a pour tous les goûts. Au hasard de sa visite, le visiteur remarquera de superbes portraits anonymes italiens d’il y a quatre siècles, des esquisses de Le Brun ou d’Ingres mais aussi d’étonnants dessins d’artistes contemporains.

Il pourra également découvrir les œuvres du musée des Beaux-Arts de Nancy, mais s’étonnera du prix de la Fondation Guerlain distribué cette année à des dessins conceptuels semblables – en moins beaux – à nos croquis de fin de maternelle.

Le Salon en est à sa 23ème édition. L’idée avait été lancée par plusieurs marchands désireux de donner une impulsion au marché du dessin. Une bonne occasion de découvrir des œuvres que l’on a peu l’habitude de voir.

De son côté, le musée municipal Cognacq-Jay expose dans son bel hôtel du Marais des dizaines de dessins du spécialiste François-André Vincent (1746-1816), portraitiste talentueux et relativement méconnu. A voir jusqu’au 29 juin.

Visuel : Charles Le Brun (1619-1690) Étude d’homme portant une figure Sanguine avec des rehauts de craie blanche, 286 x 218 mm.

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

Civilisation

« Dompter la matière selon ses pulsions »

« Dompter la matière selon ses pulsions »

Par Madeleine Gautier

Née en 1930 à Paris, Francine Simon, de son nom d’artiste Narkis, a toujours vécu dans un milieu artistique. Écrivain, musicienne, peintre dont le maître fut Mac Avoy, sa rencontre, en 1990, avec Stéphane Rozan, sera un choc artistique profond qui la ramènera à sa première passion : la sculpture. Pour sa contribution au développement culturel, elle reçoit la Médaille de vermeil Arts-Sciences-Lettres en 2019, puis, en 2020, la Médaille d’argent, en tant que compositrice-parolière. Entretien.

Civilisation

Vivre dans l’air

Vivre dans l’air

Par Richard de Seze

Les meilleurs films et bandes dessinées de science-fiction sont ceux où l’équipe artistique et technique s’efforce d’être crédible en imaginant vaisseau et scaphandre. Il y a une indéniable poésie de l’ingénieur dans cette manière de rendre réel l’exploit impossible, et Dieu sait qu’Objectif lune doit beaucoup de son charme et de son intérêt au réalisme de ses décors qui contraint presque la narration, la tire vers le documentaire.