Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Il faut toujours employer le bon adjectif

Il faut, jeunes gens, que vous trempiez votre plume sept fois dans l’encrier avant d’employer un adjectif, c’est capital.

Facebook Twitter Email Imprimer

Il faut toujours employer le bon adjectif

Si vous le choisissez sans discernement, vous risquez de déconsidérer la juste cause pour laquelle vous vous battez âprement. Écoutez, des regrets, si vous avez à exprimer des regrets, sont toujours «  sincères  »  ; les vœux aussi d’ailleurs. Une pensée, une vraie, une pensée citoyenne, est «  profonde  ». Un projet progressiste est «  innovant  ». Mais je vois que le mieux est encore que je vous donne un exemple. J’ai donc rédigé à votre intention un petit texte qui célèbre les vertus éminentes (toujours éminentes, les vertus) d’un homme politique que nous chérissons tous et que vous reconnaîtrez aisément  :

«  Placé dans des circonstances dramatiques (un lâche attentat dont nous gardons un souvenir mémorable et qui produisit de nombreuses victimes innocentes), placé donc sur un siège éjectable, il eut une action déterminée sans concessions déshonorantes. Il tint les rênes de l’État d’une main ferme dans un gant de velours. Ses discours d’une pensée profonde et élevée n’excluaient pas les manifestations d’un humour décapant (on peut dire aussi «  dévastateur  », «  ravageur  », «  corrosif  »  ; vous voyez, dans certains cas, il n’y a pas qu’un seul bon adjectif, trois ou quatre se présentent au jugement avisé, on fera preuve alors d’un doigté infaillible). À un âge avancé, jouissant d’une insolente bonne santé et recevant le vibrant hommage de tout un peuple unanime aux rangs clairsemés, il fut pressé instamment («  instamment  », jeunes gens, n’est pas un adjectif, mais les adverbes aussi réclament une méthodologie efficace, on peut dire aussi efficiente), il fut donc pressé instamment d’écrire ses mémoires. Il s’exécuta de bonne grâce et produisit avec un talent fou, dans un style jubilatoire, sans aucun mauvais jeu de mots, un chef-d’œuvre absolu. C’était un immense  écrivain.  »
Vous le reconnaissez, n’est-ce pas  ?

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

Civilisation

Les mille visages de Boilly

Les mille visages de Boilly

Par Richard de Seze

Louis-Léopold Boilly est un irritant virtuose. Son talent de portraitiste est évident, ses trompe-l’œil sont saisissants, il rend les étoffes comme un peintre du XVIIIe  et saisit les scènes parisiennes avec une intelligence mêlée d’ironie servies par un regard photographique et des compositions très narratives. Mais enfin, tout ça pour ça, est-on tenté de dire ? On rêverait d’un sujet grandiose pour que toutes ces qualités s’exercent sur des sujets plus dignes de notre admiration.

Inscription à la newsletter

Ne manquez aucun article de Politique Magazine !

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Politique Magazine ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !