Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Barbarie

Facebook Twitter Email Imprimer

Barbarie

Malheur aux dissidents, qu’ils comptent bien leurs os !

Ils seront rejetés dans des landes maudites,

Nouveaux camps dispersés, enceintes interdites

Avec drones, capteurs et sifflets des kapos.

 

C’est aussi le retour du temps des collabos,

Troupeau bien-pensant de charognards hypocrites ;

Malheur aux insoumis, leurs peines sont inscrites.

Haro sur les croisés, les fachos, les cathos !

 

Buchenwald, Vorkouta, le Camp numéro un,

Comme vous êtes de prophétique mémoire !

Car voici le retour du légal assassin.

 

Voyez dans son labo, en route vers la gloire

Ce beau docteur vêtu de blancs textes de lois,

Savant tueur d’enfants écrasés sous ses doigts…

 

– Alors, vous êtes content ? Vous avez craché votre venin ?

– Comment être content de constater que la barbarie menace de submerger notre pauvre France ?

– Expliquez-vous un peu mieux, s’il vous plaît…

– Vous allez répondre vous-même : que font ensemble des gens pacifiques, parlant la même langue riche d’une belle littérature, environnés d’œuvres d’art, héritiers assumés de la même religion, issus d’un passé commun, et prêts à vivre un avenir commun… ?

– Vous nous refaites du Renan ?… Eh bien, je vous réponds : ils sont plus ou moins cousins, se disputent parfois mais boivent de bons coups ensemble, vénèrent la femme et aiment lui faire la cour et l’amour, ils en épousent une de leur choix, ils lui font des enfants qu’il leur arrive de fesser, mais toujours avec affection, et sont enterrés dans les mêmes cimetières…

– Et ils sont même capables de se battre pour que cela dure !…Cela ne ressemblerait-il pas plutôt prou que peu à une civilisation, d’après vous ?

– Admettons, mais que vient faire la barbarie là-dedans ?

– Elle vient se mettre en travers de tout ce qui fait que la vie mérite d’être vécue ; la barbarie commence à l’école avec la corruption de l’apprentissage et l’appauvrissement de la langue : on ne se parle plus comme avant, on ne se comprend plus, on multiplie les cloisons étanches entre les générations ; on est d’ailleurs bien trop occupé avec son smartphone.

Mais il y a autre chose, que l’on pourrait appeler la Surveillance-en-Chef, avec ses sous-surveillants, CSA-médias-police-de-la-pensée, ses juges dévoyés et ses exécuteurs, une mafia zélée de préfets d’un certain camp (pas le nôtre), d’élus corrompus et de ministresses godillottes, de docteurs très savants, mais Diafoirus autoproclamés de la philosophie, qu’ils manient comme une seringue ou un clystère. Enfin, toutes ces excellences barbarissimes organisent la mémoire et la livrent aux justiciables empaquetée, formatée, défigurée, à l’image de leur esprit !

– Que faire, alors ? Tout est-il réglé à jamais ?

– Non, car ces gens-là, de toute leur puissance, s’enfoncent dans l’erreur, comme diaboliquement enivrés, et l’histoire montre que ce genre de chose ne dure jamais et finit par un effondrement…

– Mais… le prix ?

– Cher, très cher, assurément ! Mais nous sommes prévenus, et ceux qui résistent aujourd’hui ne seront pas surpris demain !

 

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

Civilisation

À l’usage de ceux qui croient qu’être intelligent suffit pour décider

À l’usage de ceux qui croient qu’être intelligent suffit pour décider

Par Elisabeth Audrerie

Dans un monde où la communication et l’analyse des experts sont devenus le baromètre de la justesse de toute décision politique ou entrepreneuriale, alors même que le réel se meurt du décalage de plus en plus marqué d’avec le discours et que l’émotion et l’instantané dissolvent toute vision constructive, il est nécessaire, voire indispensable de retrouver les clés de l’exercice du discernement et de faire advenir de vrais chefs.

Civilisation

Harcèlement

Harcèlement

Par Claude Wallaert

Vous êtes dans votre fauteuil préféré et vous avez la chance de contempler par la fenêtre ouverte en cette douce arrière-saison le frémissement mystique d’un arbre caressé par une brise légère ; vous vous laissez porter par l’adagio de votre concerto préféré ; vos soucis et vos chagrins vous accordent un exquis moment de trêve ; vous n’êtes pas au paradis, mais pour un peu, vous vous demanderiez si la part qui vous en revient n’y ressemble pas…

Civilisation

Apocalypse

Apocalypse

Par Claude Wallaert

Voici que l’été approche de son déclin : les arbres commencent doucement à se teinter de roux, surtout les marronniers. Ici ou là, les premiers cyclamens sauvages pointent leurs petits nez d’un mauve délicat ; ces notes de couleur ténue volontiers pelotonnées dans l’ombre rappellent par leur pointillisme les appels flûtés du crapaud accoucheur piquetant la nuit étoilée. Mais au couchant de l’été, ces derniers se sont tus, rejoints par leurs compagnes sous les pierres et au creux des soupiraux.