Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Christian Tarente

France

LACTALIS. Pour en sortir, une seule voie : par le haut

LACTALIS. Pour en sortir, une seule voie : par le haut

Par Christian Tarente

Les prodigieux progrès de la médecine prolongent la vie dans des conditions souvent si dégradantes que l’on veut y voir une justification de l’euthanasie. Ils mènent aussi, on le sait, à éliminer les enfants à naître qui ne répondent pas aux critères requis. Aux deux bouts, la solution des problèmes est l’administration de la mort. Mutatis mutandis, la course à la croissance sans fin et au profit maximal conduit notre société à des impasses du même ordre. On n’en sortira que par le haut.

France

Catalogne, Corse, Calédonie: le salut par les îles ?

Catalogne, Corse, Calédonie: le salut par les îles ?

Par Christian Tarente

Ni guelfes, ni gibelins en politique extérieure, ni girondins, ni jacobins en politique intérieure : telle est, depuis la révolution capétienne, la politique naturelle de la France. Or, en 2017, nous sommes bel et bien embourbés dans l’impossible combinaison d’un néo-jacobinisme européen suicidaire et d’une régionalisation contrefaite et dénaturée, ces bas-fonds où patauge le macronisme institutionnel. Mais le salut nous viendra-t-il des îles

Civilisation

14-18: sans la marine, jamais la France n’aurait gagné la guerre

14-18: sans la marine, jamais la France n’aurait gagné la guerre

Par Christian Tarente

La guerre de 14-18 évoque surtout ces grandes batailles terrestres – la Marne, le Chemin des Dames, Verdun…– où s’affrontèrent et trop souvent disparurent des centaines de milliers d’hommes. Rien de comparable pour les marins français : aucun nom de bataille navale prestigieuse ne vient frapper l’imagination. Au point que le public ignore généralement le rôle ingrat, mais décisif, de la marine nationale dans le conflit. François Schwerer en apporte pourtant la preuve : sans sa marine, jamais la France n’aurait pu gagner la guerre.

Civilisation

Enseignement : opaques incertitudes

Enseignement : opaques incertitudes

Par Christian Tarente

La démission retentissante de Michel Lussault, président du Conseil supérieur des programmes scolaires, a manifesté la volonté du ministre de l’Éducation nationale, J.M. Blanquer, de mettre un frein aux desseins irresponsables du lobby « pédagogiste ». Il l’a fait avec clarté, mais une clarté aux contours obscurs : sa capacité à affronter le noyau dur des problèmes de l’enseignement baigne dans la plus opaque incertitude.

Inscription à la newsletter

Ne manquez aucun article de Politique Magazine !

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Politique Magazine ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !