Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

MAUVAIS TEMPS POUR LES COURAGEUX

Ah ! Le courage ! Le plus difficile, c’est d’en avoir. Pour certains, le courage consiste à traverser des flammes, sauter par-dessus des précipices, braver un gros costaud enclin à vous donner des baffes, etc. etc. C’est le courage physique. Ceux qui en sont dépourvus disent que c’est de l’inconscience, de la bêtise. Gros cœur peut-être, mais petite tête.

Facebook Twitter Email Imprimer

MAUVAIS TEMPS POUR LES COURAGEUX

Il n’y a pas que ce courage-là. Il y a le courage moral qui veut qu’on résiste à ses penchants mauvais, à ses inclinations perverses, à ses passions dévorantes, à ses vices. Ceux qui en sont dépourvus disent que ceux qui le pratiquent sont des inhibés, des coincés, des victimes résignées d’une éducation salope. En revanche, un homme et, beaucoup mieux, une femme qui cède à toutes ses envies, qui fait sans discernement tout ce qui lui plaît, est considéré comme un être jouissant d’une grande liberté et devant faire l’objet d’une immense admiration. Dites en revanche que cet être prétendument libre est en fait esclave de ses pulsions, il s’en faudra peu qu’on ne vous arrache les yeux.

Mais on n’en a pas fini. Il y a encore le courage intellectuel. C’est tout bête à définir, le courage intellectuel : il s’agit de penser tout seul – pardonnez à l’auteur ce pléonasme qui vient de lui échapper –, il s’agit de penser, avec sa propre tête, pas avec celle d’un autre. La plupart des gens qui pensent penser, à vrai dire, ne pensent pas, puisqu’ils pensent en troupeau, ils répètent ce qu’on leur a dit de penser, ce sont des perroquets, des moutons qui bêlent, des vaches qui meuglent, toute une ménagerie. À leurs yeux exorbités d’horreur, celui qui pense tout seul comme un grand est un cygne noir, un paria, un type qui veut se rendre intéressant, un orgueilleux, un empêcheur de tourner en rond, un fauteur de paradoxes, un sale type qui veut briser le consensus, un réac, un facho et toutes sortes de bonnes insultes qui pleuvent sur sa petite tête de con. Si on n’a pas un bon parapluie, on en sort tout ruisselant, on risque la crève. Ah, il faut du courage pour affronter une telle drache !

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

Inscription à la newsletter

Ne manquez aucun article de Politique Magazine !

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Politique Magazine ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !