Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Les autos tamponnantes

Les Français ont bien de la chance : ils n’ont pas de mémoire. Doivent-ils ce bonheur à l’Éducation nationale pour qui la mémoire est l’apanage des imbéciles ?

Facebook Twitter Email Imprimer

Les autos tamponnantes

Ce manque de mémoire développe en eux une magnifique puissance de stupéfaction. Tout les étonne, tout les sidère. S’il a neigé trois millimètres en plaine, ils s’exclament : « Catastrophe ! on n’a jamais vu ça ! » Trois semaines après, parce qu’un redoux a suivi la neige, ils gémissent : « Il n’y a plus d’hiver. » S’il fait chaud en été, ils glapissent : « Quelle chaleur ! C’est terrible, inouï ! Et que fait le Gouvernement ? » Cette même superbe stupéfaction s’exerce sur les phénomènes de société. Des étudiants bloquent leur université, ces blocages se répandent un peu partout : nos Français n’en reviennent pas : « Quelle époque ! On n’a jamais vu ça ! » Des journalistes lugubres glosent pendant des heures et des heures sur ce phénomène inédit. Ils ont oublié – ou l’ont-ils jamais su ? – que ce phénomène fait partie de la tradition festive estudiantine, qu’il a existé à propos de la loi Devaquet, en 68, et on peut remonter comme ça jusqu’à François Villon.

Mais, dit ma tante Euphrasie, qui écoute beaucoup les journalistes, festive ! Bernard, mon petit, tu cherches encore à me faire rigoler. Quand est-ce que tu seras un peu sérieux à ton âge ? Festive ! Festive ! Tu calomnies ces pauvres étudiants, ces petits jeunes, qui risquent leurs études pour obtenir satisfaction à leurs légitimes revendication­s (elle parle comme ça, ma tante Euphrasie, quand elle a bien écouté les journalistes).

Les étudiants ont toujours eu des revendications, même à l’époque de François Villon ; le sérieux, la gravité, la conviction à œillères font partie du jeu. Tu as déjà vu un type qui monte dans une auto tamponnante, il est sérieux comme un pape, il ne se déride pas ; quand quelqu’un le tamponne, il est indigné ; quand il tamponne quelqu’un, ça ne le fait pas rire. C’est sa façon de s’amuser.

On ne peut pas discuter sérieusement avec toi, dit tristement tante Euphrasie, et elle retourne à son canard.

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

1v1.lol unblocked google sites unblocked bit life unblocked slope unblocked yohoho unblocked io games unblocked drive mad unblocked 1v1.lol unblocked io games krunker.io 1v1.lol
melbet megapari 1win giriş melbet giriş melbet giriş melbet melbet giriş onbahis giriş megapari

Inscription à la newsletter

Ne manquez aucun article de Politique Magazine !

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Politique Magazine ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !