Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

« Et la France se réveilla »

Facebook Twitter Email Imprimer

« Et la France se réveilla »

Depuis l’automne 2012 jusqu’à l’été 2013 compris, la France a été le théâtre d’une contestation d’une espèce inédite et d’une ampleur sans précédent. A la stupéfaction du gouvernement et des prétendues « forces de progrès », des millions de Français bien tranquilles sont descendus dans la rue, dans leur ville et à Paris, prenant sur leur temps de repos, et soutenant généreusement une organisation ne bénéficiant d’aucun soutien financier officiel. Ce fut une belle aventure, avec de l’enthousiasme, de l’anxiété, de la colère, des déceptions, et aussi des prises de conscience inattendues pour beaucoup, de ce qui ne doit pas être touché, de ce qui n’est pas négociable, fût-ce avec les plus hautes instances de l’Etat.

Ces manifestations auront rassemblé des hommes, des femmes, des enfants de tous les milieux, de toutes les générations, et sous toutes les espèces possibles, dont certaines inédites : dons en argent, bénévolat, cortèges géants, pétition réunissant 700 000 signatures en un temps record, « guérilla » contestataire moqueuse et omniprésente, opérations coup de poing, slogans, offensives par réseaux sociaux, veilles de sentinelles méditatives… Et tout cela sans violence, dans le respect des personnes et des biens, malgré l’injustice, la brutalité grossière  et la haine de l’adversaire.

Dans ce combat, des figures apparaissent, s’allient, se brouillent, s’invectivent ; des politiques experts en opportunisme manœuvrent, se poussent du col, ou au contraire se gardent bien d’intervenir ; des militants révèlent leur charisme, galvanisent les foules, se dévouent sans compter, ou « craquent » et disparaissent.

Et pourtant, tous ces Français enthousiastes, si attachés à la famille de toujours, à tout cet immémorial patrimoine humain, sur le terrain du droit de Créon, ils ont perdu la partie : la loi Taubira est votée, les sectateurs de l’égalité – équarrissage et du progrès faisandé triomphent ; une fois de plus, Antigone est humiliée.

Toute cette passionnante aventure est racontée avec talent par Vincent Trémolet de Villers et Raphaël Stainville. Mais leur propos ne se limite pas à une simple relation chronologique : ils proposent une sorte de bilan « à chaud » de ces événements encore si récents et s’interrogent sur leur véritable portée, au-delà des apparences : qui est le vrai vainqueur de cet affrontement ? Cette magnifique dynamique a-t-elle un avenir ? Comment la jeunesse qui se donne avec tant de cœur va-t-elle faire vivre cette expérience ? Leurs réponses sont empreintes de raison et d’espérance.

Non seulement cet ouvrage à l’écriture prenante et alerte donne un éclairage passionnant sur les coulisses de ce théâtre tumultueux, mais il aide à en tirer les enseignements, tout en offrant de belles pages d’émotion.

Et la France se réveilla – Enquête sur la révolution des valeurs, de Vincent Trémolet de Villers et Raphaël Stainville, éditions du
Toucan, 2013, 279p., 18 euros.


Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

France

Négocier plutôt que confronter

Négocier plutôt que confronter

Par Arthur Rozen

Avec Les Jaunes, un syndicalisme tricolore, Didier Favre apprend aux plus jeunes d’entre nous qu’un mouvement syndical, dit jaune, a su exister au début du XXe siècle sans se tâcher du rouge collectiviste et internationaliste. Il ne faut pas s’y tromper, les « Jaunes » sonnent comme un faux-ami cinq ans après les Gilets de la même couleur. Et attention, ce livre ne traite pas non plus de syndicalisme d’origine asiatique…

Inscription à la newsletter

Ne manquez aucun article de Politique Magazine !

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Politique Magazine ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !