Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Macron, la lucidité impuissante

Prendre par ses déclarations. Il y a deux ans, au cours d’un entretien accordé à l’hebdomadaire Le 1 du 8 juillet 2015, il affirmait que la France ne s’était jamais remise de la Révolution, et que « la démocratie comporte toujours une forme d’incomplétude ».

Facebook Twitter Email Imprimer

Macron, la lucidité impuissante

Quand Emmanuel Macron parle vrai….

Prendre par ses déclarations. Il y a deux ans, au cours d’un entretien accordé à l’hebdomadaire Le 1 du 8 juillet 2015, il affirmait que la France ne s’était jamais remise de la Révolution, et que « la démocratie comporte toujours une forme d’incomplétude ». « Il nous manque un roi », ajoutait-il. Et il présentait « les moments napoléonien et gaulliste » comme des succédanés désespérés de monarchie.

Deby Itno, Emmanuel Macron, Angela Merkel, Mariano Rajoy - Politique Magazine

Macron réunit à l’Élysée des chefs d’État africains : Idriss Deby Itno du Tchad, Mahamadou Issoufou du Niger.

Et voilà qu’il y a quelques jours, à Bucarest, le même Macron, devenu président de la République, déclare : « La France n’est pas un pays réformable… Les Françaises et les Français détestent les réformes. Dès qu’on peut éviter les réformes, on ne les fait pas ». Le propos n’est pas neuf et recouvre une vérité d’une criante évidence. Mais d’ordinaire, il est tenu par des intellectuels médiatiques ou des politiciens en fin de carrière. Cette fois, c’est un jeune président fraîchement élu qui le profère. Mais, lui, ne s’en tient pas là, et donne une justification morale à ce constat désabusé. Si les Français répugnent aux réformes, c’est parce que celles-ci se présentent comme de simples adaptations (« répondre à un chiffre, à une exigence extérieure »), alors qu’ils ont de leur nation une idée bien plus haute, consistant à livrer des « combats qui sont plus grands qu’elle ». La France n’a pas vocation à s’aligner, et « elle ne s’est jamais arrêtée à ses frontières, à ses défis propres, elle a toujours été mener les choses ailleurs, par sa diplomatie, son armée, son intelligence, ses talents ». C’est cette propension à s’imposer aux autres qui a fait sa grandeur. Aujourd’hui, l’occasion lui en est donnée par la menace qui pèse sur la civilisation occidentale. Elle peut trouver là un défi à sa mesure, « retrouver la capacité à emmener l’Europe vers de nouveaux projets ». « Notre société a besoin de récits collectifs, de rêves, d’héroïsme, afin que certains ne trouvent pas l’absolu dans les fanatismes ou les pulsions de mort », dit-il encore aux journalistes du Point, le 31 août dernier.

Disons-le : notre président parle vrai, et il perçoit les causes du mal qui ronge la France depuis deux cent vingt-huit ans. La France n’est pas faite pour rentrer dans le rang, s’aligner sur des critères de convergence, donner libre cours au jeu du marché, tout en préparant le meilleur des mondes, peuplé de clones. Elle doit donner un exemple de grandeur, de générosité (c’est-à-dire de noblesse), d’élévation spirituelle. Or, celle-ci ne peut procéder que d’une foi en une réalité supranaturelle et en une conception religieuse de l’homme, qui, seule accorde l’individu à la communauté, l’esprit à la politique, et génère la justice et la reconnaissance de la dignité de la personne. La monarchie d’Ancien Régime, portant cette exigence au plus haut degré, avait fait de la France un modèle, « un concept spirituel », pour reprendre le terme par lequel Hugo von Hoffmanstahl qualifiait l’empire d’Autriche. Pour l’avoir reniée, la France contemporaine a été condamnée à se fonder sur les fausses et mortifères « valeurs » des « Lumières » aveuglantes du XVIIIe siècle, de la Révolution et de la république, et à se présenter comme la terre promise d’une démocratie idéale introuvable et destructrice, tout en s’essayant parfois à une impossible synthèse avec sa grandeur monarchique passée. Le problème de Macron, c’est qu’il se veut « en même temps » plus républicain que tous les républicains et monarque plus que les monarques.

Oui, notre jeune président, par moment, ne manque pas de lucidité historique, mais cette ntelligence, enkystée dans notre système républicain mortifère, demeurera sans effet et s’étiolera comme une plante dans un désert de pierre.

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

France

Entre conquête électorale du pouvoir et bloc idéologique : une actualité de Gramsci

Entre conquête électorale du pouvoir et bloc idéologique : une actualité de Gramsci

Par Louis Soubiale

La dernière élection présidentielle française a montré, davantage, sans doute, que ses devancières, que jamais le concept d’hégémonie n’aura semblé, sans jeu de mots, aussi littéralement prédominant, surplombant toute autre explication économique, politique ou sociale. Ici, la vieille notion légale-constitutionnelle de majorité n’est jamais apparue aussi peu opératoire, sinon dépassée.

Inscription à la newsletter

Ne manquez aucun article de Politique Magazine !

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Politique Magazine ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !