Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Un Roi en Touraine

Facebook Twitter Email Imprimer

Un Roi en Touraine

Bruno-Stéphane Chambon l’avait rencontré.

Le voyageur est perdu dans les terres de Touraine. Il est à la recherche d’une clairière qui accueille un camp de guides, avec pour toute carte routière les noms de deux ou trois lieux-dits supposés être proches. Il s’arrête alors devant une auberge riante dotée d’une terrasse ombragée qui abrite une dizaine de tables.

Il s’adresse au jeune commis qui prépare les couverts et les dispose avec soin en attente du repas. Le jeune homme lui avoue n’être en stage que depuis deux jours et ignore la géographie des alentours. Toutefois il ajoute, en désignant une table déjà occupée par deux personnes qui semblent familières du lieu : « Le monsieur qui a des longs cheveux semble très bien connaître la région, vous pourriez vous informer auprès de lui ». Le voyageur s’approche et tout en s’excusant d’importuner les deux convives, demande assistance à la personne désignée, pour retrouver son chemin. Dans un habit simple mais élégant, l’homme aux cheveux longs l’invite à s’asseoir et lui propose la dégustation d’une coupe ambrée. Alors commence la description de l’itinéraire que le voyageur doit suivre. Pour chaque virage, croisement, sente à suivre, l’homme aux cheveux longs commente l’histoire des différents châteaux, propriétés ou fermes qui les bordent en citant les noms des propriétaires et leur filiations familiales. L’aventure se transforme en un cours d’histoire locale sous forme de conférence brillante. Une fois le discours achevé, le voyageur remercie avec gratitude le Seigneur des lieux. Il reprend son automobile et se reperd en route. Qu’importe, son guide avait été Gonzague Saint Bris.

Le talent et la fantaisie

Après une jeunesse qui se déroula au château du Clos Lucé à Amboise, Gonzague Saint Bris fut successivement journaliste, critique littéraire, animateur de radio, chroniqueur, chargé de mission au ministère de la Culture, directeur de magazines mais surtout écrivain brillant et historien éminent. Il était l’auteur de près d’une cinquantaine de livres, dont les biographies et évocations d’écrivains tels Victor Hugo, Alfred de Vigny, Stendhal, Alexandre Dumas, George Sand et des personnages historiques, Agnès Sorel, Louis XI, le Roi François Ier et son alter ego Léonard de Vinci, Louis XIV, les Orléans dont il était très proche… Son œuvre romanesque abondante est surtout marquée par son ouvrage Les Vieillards de Brighton qui obtint le prix Interallié en 2002. On se souviendra aussi des Égéries russes, Les Égéries romantiques, et Les Romans de Venise. Il parvint à la notoriété dès 1982 avec son manifeste La Nostalgie, camarades. On lui doit particulièrement la création de la rencontre littéraire annuelle La Forêt des Livres qui perdure depuis 22 ans, à Chanceaux-près-Loches (Indre-et-Loire) et qui réunit près de deux cents auteurs.

Auteur prolifique, personnage protéiforme, classique dans sa culture et original dans ses initiatives, candidat malheureux à l’Académie Française par trois fois, Gonzague Saint Bris est mort dans un accident de la circulation le 8 août 2017 en Normandie… La Touraine a perdu son Roi.

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

Civilisation

Gouverner c’est douter. Le scepticisme méthodologique chez Montaigne

Gouverner c’est douter. Le scepticisme méthodologique chez Montaigne

Par Louis Soubiale

Rien ne paraît plus audacieux à l’homme – devrait-on ajouter l’épithète moderne, comme pour caractériser ce type d’homme occidental enfanté par un XXe siècle techniciste, mécaniciste, en un mot, déspiritualisé – que de défier ce qui le transcende, même ce à quoi son entendement se dérobe, ne se souciant guère que sa raison soit enténébrée dans l’ineffable et l’inaccessible, que son Logos s’évapore dans l’immensité infinie du cosmos…