Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Tombeau pour les pas-perdus

Le Tribunal de Paris « déporté » à Clichy : ce n’est pas seulement une bêtise, c’est aussi un dessèchement de la vie culturelle.

Facebook Twitter Email Imprimer

Tombeau pour les pas-perdus

On n’en finira pas de dénoncer la bêtise absolue du déménagement, hors de l’Île de la Cité, du Tribunal de Paris. Les imbéciles qui ont imaginé ce qui n’est qu’une très belle affaire financière et de promotion immobilière n’ont rien vu des effets secondaires de cette très mauvaise décision.

Au temps civilisé de l’époque classique, c’est autour du Palais que les auteurs et les éditeurs vivaient. Certains, d’ailleurs, avaient été avocats, ou juges. La vie littéraire et la vie judiciaire s’épaulaient. Les avocats, toujours à l’affût de s’applaudir eux-mêmes, publiaient leurs plaidoiries, souvent pour se venger – et venger leurs clients – d’un jugement ou d’un arrêt qui leur était défavorables. Ils en appelaient ainsi du juge à l’opinion. Du coup, les réputations littéraires et les gloires judiciaires se suivaient, se rapprochaient. La vie de l’esprit y trouvait sa nourriture et, surtout, son espace. Les boutiques s’ouvraient dans le Palais. Ses couloirs étaient un espace de culture.

La salle des pas-perdus du Palais était plus que l’annexe de la Chambre des députés

Plus tard, pendant les temps plus troublés des restaurations et des révolutions, au XIXe siècle, la vie politique se joignait à la vie judiciaire. L’éloquence au parlement était proche de celle des Tribunaux. Les voix de Berryer, de Guizot et de Thiers étaient appréciées ou critiquées dans les deux maisons. Pendant la Troisième et Quatrième Républiques, la salle des pas-perdus du Palais était plus que l’annexe de la Chambre des députés. On y faisait les majorités, les ministères et on les renversait plus vite encore qu’au Palais Bourbon.

J’ai connu, dans les débuts de la Ve République, cette salle des pas-perdus encore vivante, voire grouillante de robes où les amorces de transaction étaient aussi nombreuses que les préparations de plaidoiries. La vie y était d’autant plus intense que les procès politiques avaient fait de la barre le dernier espace de la parole libre. C’est dans l’enceinte judiciaire que s’était déplacé un débat que les assemblées, muselées par le système majoritaire, ne connaissaient plus.

De nos jours, de La Manif Pour Tous aux Gilets jaunes et à Vincent Lambert, c’est dans les tribunaux que se poursuit le combat commencé dans la presse et dans la rue. Il n’y a plus de boutique dans le Palais, depuis longtemps. Mais il y a les bouquinistes, le long de la Seine. Ils n’ont pas que des cartes postales et des illustrés. Ils ont aussi des livres et des clients qui rentrent, à pied, de leurs plaidoiries… et regardent et lisent, pour reprendre des forces.

Les « à-côtés » de la vie judiciaire ne sont pas des « à-côtés ». Ils sont la vie. Le nouveau site, entièrement technique, froid comme « le plus froid des monstres froids », a supprimé les fleurs et sentiers de ces promenades, inutiles aux yeux des techniciens de la justice digitalisée. Il a enterré la vie elle-même. Les barbares ne sont pas toujours des chevelus tatoués. Ils peuvent être des messieurs en costume et des dames en chignon.

Illustration : Dans les espaces désertés du Palais de justice bruissent les conversations fantômes des avocats, des parlementaires et des journalistes. Le Palais a déménagé mais il a laissé derrière lui son âme.

 

 

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

Civilisation

À l’usage de ceux qui croient qu’être intelligent suffit pour décider

À l’usage de ceux qui croient qu’être intelligent suffit pour décider

Par Elisabeth Audrerie

Dans un monde où la communication et l’analyse des experts sont devenus le baromètre de la justesse de toute décision politique ou entrepreneuriale, alors même que le réel se meurt du décalage de plus en plus marqué d’avec le discours et que l’émotion et l’instantané dissolvent toute vision constructive, il est nécessaire, voire indispensable de retrouver les clés de l’exercice du discernement et de faire advenir de vrais chefs.

Civilisation

Harcèlement

Harcèlement

Par Claude Wallaert

Vous êtes dans votre fauteuil préféré et vous avez la chance de contempler par la fenêtre ouverte en cette douce arrière-saison le frémissement mystique d’un arbre caressé par une brise légère ; vous vous laissez porter par l’adagio de votre concerto préféré ; vos soucis et vos chagrins vous accordent un exquis moment de trêve ; vous n’êtes pas au paradis, mais pour un peu, vous vous demanderiez si la part qui vous en revient n’y ressemble pas…

Civilisation

Apocalypse

Apocalypse

Par Claude Wallaert

Voici que l’été approche de son déclin : les arbres commencent doucement à se teinter de roux, surtout les marronniers. Ici ou là, les premiers cyclamens sauvages pointent leurs petits nez d’un mauve délicat ; ces notes de couleur ténue volontiers pelotonnées dans l’ombre rappellent par leur pointillisme les appels flûtés du crapaud accoucheur piquetant la nuit étoilée. Mais au couchant de l’été, ces derniers se sont tus, rejoints par leurs compagnes sous les pierres et au creux des soupiraux.

1v1.lol unblocked google sites unblocked bit life unblocked slope unblocked yohoho unblocked io games unblocked drive mad unblocked 1v1.lol unblocked io games krunker.io 1v1.lol
melbet megapari 1win giriş melbet giriş melbet giriş melbet melbet giriş onbahis giriş megapari

Inscription à la newsletter

Ne manquez aucun article de Politique Magazine !

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Politique Magazine ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !