Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Sondages…

Facebook Twitter Email Imprimer

Sondages…

72 % ou la foi du charbonnier

Pour les trois-quarts des Français (72% contre 28%), les dons des milliardaires ne font pas du tout polémique. « À l’exception des sympathisants de la France Insoumise qui sont 55% à avoir un avis critique à propos de ces dons, les Français sont unanimes à plébisciter la générosité des grandes fortunes : les jugements positifs oscillent de 60% auprès des socialistes à 91% auprès des LaREM (66% au RN et 82% à LR). » Comme d’habitude, la polémique s’est nourrie des quelques statuts sur les réseaux sociaux et de quelques déclarations à l’emporte-pièce ou, de manière plus ambiguë, par les propos de certains catholiques, qui ont dû oublier que Jésus avait donné raison à la pécheresse qui répandait sur lui un parfum de prix ou que Joseph d’Arimathie n’a pas été écarté par la Vierge Marie quand il a proposé son tombeau de propriétaire.

Source : Odoxa, « Baromètre politique d’avril », sondage réalisé les 17 et 18 avril 2019.

 

78 % ou la démocratie des supporters

Alors que le football est devenu l’éclatant exemple d’une pratique populaire dévoyée par la ploutocratie, les supporters font savoir, à coup de communiqués rageurs et de banderoles vindicatives, qu’ils sont “parties prenantes” et même “partenaires sociaux” de leurs équipes. Bref, ils veulent que le peuple soit pris en compte et non pas relégué au rang de vaches à lait… Toute comparaison avec le difficile exercice de la démocratie en France paraît bienvenue ! D’autant plus que si les supporters « soutiennent massivement l’idée que les clubs prennent en compte l’avis des supporters sur les prix des places (78%) et sur le design des maillots (68%) », ce qui est logique et légitime car c’est leur usage de l’équipe, « ils sont en revanche opposés à l’idée que les supporters soient consultés pour choisir le président du club (60%) et plus encore pour le choix de l’entraîneur (68%) et des joueurs (68%). » Autrement dit, les supporters de foot de base savent que leur compétence ne s’étend pas aux fonctions régaliennes du club, pour ainsi dire. Ce sont des démocrates conséquents.

Source : Odoxa, « La place des supporters dans les clubs de football français », sondage réalisé les 17 et 18 avril 2019

 

54 % ou l’illusion européenne

Les Français pensent à 54% « que l’UE est une construction artificielle plutôt qu’une réalité qui a du sens (32%). » Les retraités, les ruraux et les sympathisants de droite sont les plus critiques. Gardons-nous de nous réjouir trop vite, car pour autant “les Français” se sentent à 56% citoyens de l’Union européenne et considèrent à 59% qu’appartenir à l’UE est « une bonne chose » pour la France. Oui, mais, “les Français”, qu’est-ce à dire ? Le sentiment d’appartenance, par exemple, est « plus partagé par les cadres (68%) et les Franciliens (62%) ou encore par les sympathisants LREM (89%) et de la gauche (66%) que par les ouvriers (33%) et les ruraux (46%) ou encore les sympathisants du Rassemblement national (25%). » Les gagnants ou les idiots utiles de la mondialisation constituent cette majorité purement quantitative qui ne reflète pas le territoire.

Source : BVA, « Les Français, l’Union européenne et le Brexit », sondage réalisé du 20 au 21 mars 2019

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

Civilisation

Gouverner c’est douter. Le scepticisme méthodologique chez Montaigne

Gouverner c’est douter. Le scepticisme méthodologique chez Montaigne

Par Louis Soubiale

Rien ne paraît plus audacieux à l’homme – devrait-on ajouter l’épithète moderne, comme pour caractériser ce type d’homme occidental enfanté par un XXe siècle techniciste, mécaniciste, en un mot, déspiritualisé – que de défier ce qui le transcende, même ce à quoi son entendement se dérobe, ne se souciant guère que sa raison soit enténébrée dans l’ineffable et l’inaccessible, que son Logos s’évapore dans l’immensité infinie du cosmos…