Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Sainte Élisabeth de la Trinité à l’honneur

Facebook Twitter Email Imprimer

Depuis la mort de sœur Élisabeth de la Trinité, le 9 novembre 1906 au carmel de Dijon, pas une année ou presque n’aura passé sans voir la parution d’un ou plusieurs ouvrages consacré à sa vie et sa spiritualité. Rien d’étonnant, donc, si sa canonisation, le 16 octobre, a entraîné parutions et rééditions.

Parmi ces dernières, l’essai biographique, vieux d’une dizaine d’années et au ton très personnel, que lui consacra Didier Decoin : long monologue adressé à la jeune carmélite par un laïc d’âge mûr qui s’est laissé, il y a longtemps déjà, fasciner par le regard de Mlle Catez, dont on murmurait, dans les salons dijonnais, qu’il « voyait Dieu » et c’était vrai.

Le parti pris de familiarité peut agacer parfois mais Didier Decoin possède une authentique sensibilité religieuse, d’où souvent, des remarques profondes et belles éclairant le parcours de la carmélite, susceptible de nourrir la foi, la méditation et, pourquoi pas, la prière du lecteur.

Carme, le Père Didier-Marie Golay a consacré des albums de bonne tenue à Édith Stein et Thérèse d’Avila. C’est tout naturellement qu’il en devait un à Sainte Élisabeth de la Trinité, dont le sous-titre, « rayonner Dieu », résume bien la spiritualité.

Très accessible, cette approche abondamment illustrée et très didactique, avec ses nombreux encadrés consacrés aux événements, aux contemporains d’Élisabeth, aux mystiques qui l’influencèrent, à ses lectures ou ses écrits, constitue certainement la meilleure approche, et la plus complète, d’une personnalité dont la richesse paraît presque aussi inépuisable que la source trinitaire où elle s’abreuva toute sa courte vie.

Père Didier-Marie Golay : Sainte Élisabeth de la Trinité, Le Cerf, 240 p, 29 €
Didier Decoin : Élisabeth Catez, Sainte Élisabeth de la Trinité, Le Cerf, 226 p, 18 €

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

France

« Réveille-toi, ô toi qui dors… »

« Réveille-toi, ô toi qui dors… »

Par Claude Wallaert

C’est bien à nous, Français, qu’il s’adresse, cet homme intrépide ; il sonne la diane et nous encourage ! Son message est d’abord vibrant et stimulant comme un appel de trompette : ironie mordante, chronique moqueuse, galerie de portraits souvent cruels, nous avons droit à tout cela ; puis, la charge s’apaise, la mélodie se fait grave : une fois bien réveillés, nous sommes rappelés à nos devoirs de Français, et encouragés à relever la tête.