Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Redorer le blason des Hospitaliers

Facebook Twitter Email Imprimer

Redorer le blason des Hospitaliers

Les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, d’où l’actuel Ordre de Malte tire son origine, s’ils perdurèrent, ce qui ne fut pas le cas de leurs rivaux, les Chevaliers du Temple, ne bénéficient pas de la même popularité. C’est à cette injustice qu’Alain Demurger, médiéviste spécialiste des Croisades et des ordres militaires, a remédié en publiant, en 2013, cette étude minutieuse et complète dont paraît l’édition semi-poche.

Fondés par des marchands amalfitains afin de secourir les pèlerins malades, les Hospitaliers devinrent, au XIIIe siècle, face aux nécessités géostratégiques de la Terre Sainte, moines guerriers, sans renoncer cependant à leur vocation caritative. Après la perte des États latins d’Orient et la dissolution du Temple, dont ils récupérèrent en partie l’immense fortune, les Hospitaliers, repliés à Rhodes, ne renoncèrent nullement à combattre l’Islam en Méditerranée. Au point de se dire « voués chasseurs de Turcs ».

Cet aspect, Malte choisit souvent de l’ignorer aujourd’hui, préférant aux gloires militaires celle, plus discrète, des œuvres de miséricorde corporelle. Alain Demurger n’a pas ce genre d’oubli. Il dit tout, dans le détail. Son livre érudit ne s’adresse pas au grand public mais tous ceux qui s’intéressent aux Croisades seront à leur affaire.

Les Hospitaliers, de Jérusalem à Rhodes, d’Alain Demurger, Tallandier Texto, 624 p., 12,80 €.

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

France

« Réveille-toi, ô toi qui dors… »

« Réveille-toi, ô toi qui dors… »

Par Claude Wallaert

C’est bien à nous, Français, qu’il s’adresse, cet homme intrépide ; il sonne la diane et nous encourage ! Son message est d’abord vibrant et stimulant comme un appel de trompette : ironie mordante, chronique moqueuse, galerie de portraits souvent cruels, nous avons droit à tout cela ; puis, la charge s’apaise, la mélodie se fait grave : une fois bien réveillés, nous sommes rappelés à nos devoirs de Français, et encouragés à relever la tête.