Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Miracle à Rome

Facebook Twitter Email Imprimer

Miracle à Rome

La Méditerranée les a rejetés sur les côtes de Lampedusa, parmi des milliers d’autres réfugiés. Ils venaient de Libye où, grâce à une touriste italienne, jadis, le guide berbère avait découvert le Christ et demandé clandestinement le baptême. Mais, depuis, les années ont passé, les Occidentaux ont déstabilisé son pays au nom de la démocratie, écrasé son village sous les bombes, tué ses parents. Alors, il a décidé de gagner l’Italie avec sa femme et leur fillette de cinq ans. Sa femme n’a pas survécu et, maintenant, sa fille, renversée par un chauffard, agonise dans un hôpital romain où les médecins ont décidé de « la débrancher ». Lui ne veut pas, à aucun prix mais, tandis que sa foi vacille, au bord du gouffre, une idée folle lui vient : téléphoner à l’Homme en blanc qui, à Lampedusa, lui a donné son numéro personnel …

Qui a dit que la littérature édifiante avait disparu ? En voici un prodigieux exemple, avec François éblouissant de sainteté et thaumaturge, des réfugiés, chrétiens, même si ceux-là n’intéressent pas le pape, un pilote de chasse, justement celui qui bombarda jadis le village libyen, décidé à se racheter, et une fugue nocturne du souverain pontife à Lourdes afin d’arracher un miracle au Ciel …

Contre toute attente, cela pourrait fonctionner, et même vous tirer une larme d’attendrissement. Si l’homme en blanc n’était pas l’actuel occupant du trône de Saint Pierre …

Miracle à Rome, de Laurent Jarneau, Salvator, 128 p., 14,90 €.

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

France

« Réveille-toi, ô toi qui dors… »

« Réveille-toi, ô toi qui dors… »

Par Claude Wallaert

C’est bien à nous, Français, qu’il s’adresse, cet homme intrépide ; il sonne la diane et nous encourage ! Son message est d’abord vibrant et stimulant comme un appel de trompette : ironie mordante, chronique moqueuse, galerie de portraits souvent cruels, nous avons droit à tout cela ; puis, la charge s’apaise, la mélodie se fait grave : une fois bien réveillés, nous sommes rappelés à nos devoirs de Français, et encouragés à relever la tête.