Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Les saints

Facebook Twitter Email Imprimer

Les saints

Jadis, le coloriage était un passe-temps enfantin ; depuis quelques années, une mode en a fait le nec plus ultra du divertissement pour adulte fatigué. S’armer de crayons de couleur et  s’appliquer à bien remplir sans baver les espaces blancs serait souverain pour les personnes à cran …

Vrai ou faux, le fait est que les albums de coloriages pullulent en librairie, sur tous les thèmes et de tous les niveaux de difficulté. Avec, cependant, une prédéliction pour les spiritualités asiatiques, les mandalas hindouistes et les motifs bouddhistes. On est zen ou on ne l’est pas !

Si ce délassement vous amuse, mais si vous appréciez peu ces sujets, rabattez-vous en urgence sur la nouvelle collection, incontestablement chrétienne, des éditions du Cerf.
Les Saints vous proposent de jouer les enlumineurs et de colorier trente images de dévotion représentant les trois archanges, le Précurseur, saint Joseph, les Apôtres, les martyrs, les Pères et les Docteurs de l’Église, les grands fondateurs d’ordres religieux, mais aussi saint Martin de Tours et saint Vincent de Paul. En vis-à-vis, des vignettes, également à colorier, évoquent les symboles propres à chacun des saints évoqués : lion de Marc, taureau de Luc, aigle de Jean, glaive de Paul ou gril de Laurent, etc.

Certaines de ces images sont très réussies, d’autres moins : le Baptiste traîne une mine accablée, Sébastien a l’air bizarre, saint Michel est franchement laid … mais au moins les amateurs pourront-ils, en crayonnant, nourrir de pieuses pensées.

Les Saints (Cahier Quiétude ; 60 dessins à colorier), de Marion Lebœuf , Le Cerf, 60 p., 4,99 €.

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

France

« Réveille-toi, ô toi qui dors… »

« Réveille-toi, ô toi qui dors… »

Par Claude Wallaert

C’est bien à nous, Français, qu’il s’adresse, cet homme intrépide ; il sonne la diane et nous encourage ! Son message est d’abord vibrant et stimulant comme un appel de trompette : ironie mordante, chronique moqueuse, galerie de portraits souvent cruels, nous avons droit à tout cela ; puis, la charge s’apaise, la mélodie se fait grave : une fois bien réveillés, nous sommes rappelés à nos devoirs de Français, et encouragés à relever la tête.