Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

L’amour conjugal : une communion et un combat pour l’avenir

Facebook Twitter Email Imprimer

L’amour conjugal : une communion et un combat pour l’avenir

Fortement inséré dans la problématique actuelle du choix de vie chrétien, cet ouvrage nous invite à méditer sur le sacrement de mariage, sur le combat qu’il convient de mener pour en vivre et en rayonner ; le tout est placé sous la maternelle protection de « Marie qui guérit les couples », sous la forme d’une neuvaine destinée à refonder et renforcer l’unité mystique du mari et de la femme.

Partant de l’image du calice, vase consacré à recevoir le Sang du Christ, le cardinal Sarah montre combien l’unité des époux est à la ressemblance de la prière de Jésus à Son Père : émerveillement, don et renouveau mutuels. Pour les époux, ce renouveau est inséparable du pardon, ciment d’unité conjugale, nourri de l’eucharistie vécue en commun.

Mais, cet idéal ne peut être atteint sans un combat mené dans l’humilité dont le modèle et un enfant. L’adversaire désigné, Satan, caché dans le monde libertaire, ne peut être vaincu que par l’intériorité, la contemplation de la Croix, la vie « sainte », c’est-à-dire « ajustée » au Christ et par la vertu souveraine du silence.

L’engagement des époux est lui-même combat contre la faiblesse humaine ; il est aussi protection contre les attaques extérieures et un modèle de vie par la force agissante de la fidélité, de la fécondité et de la charité. Le cardinal conclut en rappelant la parole prophétique de Jean Paul II : « Le futur de l’humanité passe par la famille ». Cet ouvrage concis, dense, fondé sur le roc de l’Évangile, ne peut que vivifier et fortifier le lecteur.

Couples réveillez votre amour, cardinal Robert Sarah, Life éditions, 110 p, 12,90 €

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

Civilisation

Gouverner c’est douter. Le scepticisme méthodologique chez Montaigne

Gouverner c’est douter. Le scepticisme méthodologique chez Montaigne

Par Louis Soubiale

Rien ne paraît plus audacieux à l’homme – devrait-on ajouter l’épithète moderne, comme pour caractériser ce type d’homme occidental enfanté par un XXe siècle techniciste, mécaniciste, en un mot, déspiritualisé – que de défier ce qui le transcende, même ce à quoi son entendement se dérobe, ne se souciant guère que sa raison soit enténébrée dans l’ineffable et l’inaccessible, que son Logos s’évapore dans l’immensité infinie du cosmos…