Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

La vache des paysans heureux

Facebook Twitter Email Imprimer

Il y a cent ans, le cheptel français comptait presque un million de ces petites vaches noires et blanches, excellentes laitières, intelligentes, affectueuses, cabochardes et robustes dont la réputation avait dépassée depuis longtemps leur Bretagne d’origine.

Puis, il y a cinquante ans, le productivisme triomphant condamna les petites « Brettes », comme d’ailleurs tant d’autres races régionales jugées dépassées, à une mort lente et programmée, au profit des Holstein sans cornes et sans caractère qui resteraient sagement se faire traire dans des étables industrielles en attendant d’être expédiées à la boucherie.

Cet appauvrissement prévisible de notre patrimoine agricole, qui devait aboutir à une uniformisation, tant des plantes que des animaux, et à des produits sans goût et sans saveur, alarma, dès les années 70, un ingénieur agronome, Pierre Quéméré. Avec l’aide d’une poignée de paysans bretons, il décida de sauver la pie-noir. La partie était loin d’être gagnée …

Quarante ans après, Pierre Quéméré et ses amis aux profils atypiques peuvent se vanter d’avoir eu raison avant tout le monde. À l’heure de la décroissance, des économies d’énergie, du respect de la terre et des bêtes, ils font figure de précurseurs.

Cette année, avec ses 2300 reproductrices, la Bretonne pie-noir n’est plus tout à fait une vache en voie de disparition. Solide, elle se contente de peu et fait vivre correctement, à la différence de tant d’autres, les éleveurs qui ont décidé de la sauver. Les yaourts, les fromages, le lait, la crème, mais aussi la viande – jamais celle des laitières, trop attachantes pour que leurs maîtres se résignent, après des années de compagnonnage, à les envoyer à l’abattoir …-, mis en valeur soit en vente directe soit par des commerçants et des restaurateurs attachés à leur terroir, sont des produits hauts de gamme, payés en conséquence.

C’est l’histoire de ce sauvetage, de ses enjeux économiques et sociétaux, que raconte, avec émotion, ce petit album intelligent, qui devrait donner des idées à tous ceux qui refusent la destruction systématique de notre héritage ancestral.

Pierrick Bourgault et Pierre Quéméré : Bretonne pie-noir, la vache des paysans heureux
Ouest-France, 95 p, 15,90 €.

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

France

« Réveille-toi, ô toi qui dors… »

« Réveille-toi, ô toi qui dors… »

Par Claude Wallaert

C’est bien à nous, Français, qu’il s’adresse, cet homme intrépide ; il sonne la diane et nous encourage ! Son message est d’abord vibrant et stimulant comme un appel de trompette : ironie mordante, chronique moqueuse, galerie de portraits souvent cruels, nous avons droit à tout cela ; puis, la charge s’apaise, la mélodie se fait grave : une fois bien réveillés, nous sommes rappelés à nos devoirs de Français, et encouragés à relever la tête.