Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Constituer un trésor

Des hommes fuient ou courent devant des girafes mouchetées de blanc.

Facebook Twitter Email Imprimer

Constituer un trésor

Les mêmes mouchetures se retrouvent sur la robe de vaches incertaines les transformant en morceaux de ciel étoilé, comme si le firmament avait fondu sur le troupeau (relevé Gérard Bailloud, Ennedi). Ailleurs, une autruche court avec des girafes (Henri Lhote, Tassili) et des humains plats et rouges, avec des têtes en forme d’as de cœur, se tiennent devant des maisons à pilotis qui ressemblent à des châtaignes piquées sur quatre allumettes. Des savants et des artistes sont allés chercher ces gravures et ces dessins rupestres ou pariétaux au Sahara, au Tchad, en Espagne, en Égypte, en Chine, en Rhodésie… Ils ont rapporté leurs relevés, immenses rouleaux de papier qui dormaient sur leurs mandrins dans les réserves du Musée de l’Homme. « Préhistomania » les a déroulés, restaurés et exposés, aux côtés des calques de l’abbé Breuil et des aquarelles et des huiles des expéditions de Leo Frobenius (dont l’institut éponyme coorganise l’exposition). L’abbé Breuil, selon l’anthropologue Jean-Loïc Le Quellec, fut « l’initiateur d’une “mystique” du relevé. Parce que lorsqu’on exécute un relevé sur place, on est à l’endroit même où se tenait l’artiste originel et on reproduit les gestes qu’il a effectués. Pour l’abbé Breuil, c’était une manière d’incorporer l’œuvre originale et donc une manière de s’en approcher au plus près. Henri Lhote, qui était son élève, a aussi perpétué ce type d’approche. »

C’est un choc, artistique, historique, scientifique. Nous nous retrouvons dans la peau des spectateurs qui allèrent voir en 1957, au Musée des Arts décoratifs, l’exposition « Peintures préhistoriques du Sahara, Mission H. Lhote au Tassili » ou de ceux qui découvrirent en 1933, au Musée d’Ethnographie du Trocadéro (ancêtre du Musée de l’Homme), les relevés de Frobenius, qui firent le tour de l’Europe avant d’aboutir en 1937 au MoMA de New York, lors de l’exposition « Prehistoric Rock Pictures in Europe and Africa ». On s’enthousiasma pour Main avec trois personnages, relevé effectué en Égypte par Elisabeth Pauli, qui ressemble autant à une couverture de roman de gare années 30 qu’à une œuvre d’art contemporaine – mais quelques milliers d’années nous séparent de ces silhouettes qui avancent, de profil, protégées par cette main immense.

Des éléphants gravés dans la roche

Comme en 1937, l’exposition de 2023-2024 souligne la parenté entre art moderne et art préhistorique : les rapprochements sont frappants mais, d’une part, ils sont fortuits (pure convergence de formes) ou, quand ils sont voulus (Jean Arp et Jackson Pollock – entre autres – s’étant délibérément inspirés de ces images surgies de la nuit des temps et enfin révélées au grand public), cette proximité formelle recouvre, ce me semble, un double malentendu : suggérer que l’art contemporain, quand il bascule dans l’abstraction, retrouve une certaine vérité “originelle” de la représentation et assimiler une production très consciemment artistique, au XXe siècle, à une production dont on ignore absolument le statut et la fonction, aux temps où le Sahara était vert, il y a six mille ans, ou quand, il y a quatorze mille ans, des bisons apparaissaient sur les parois de la grotte d’Altamira.

Bref, ces juxtapositions sont curieuses mais vaines. Elles ne constituent heureusement qu’une petite part de « Préhistomania », qui nous fait d’abord découvrir ces peintures dont les qualités plastiques évidentes s’augmentent d’une certaine émotion à imaginer la ferveur de ceux qui voulurent les arracher aux lieux reculés où elles se cachaient : la deuxième salle est ainsi consacrée à l’histoire archéologique des relevés (les techniques actuelles fermant l’exposition). Elisabeth Pauli et Katharina Mart à El Ghicha, en Algérie, en 1935, debout sur des échelles de corde, appliquent leurs feuilles sur des parois rocheuses, servantes d’un culte scientifique qui a conduit tous ces ethnologues et anthropologues à s’installer au fin fond des grottes pour y contempler des aurochs charbonneux ou à aller cuire sous des cieux incléments pour dessiner minutieusement des éléphants gravés dans la roche. On s’en voudrait de ne pas admirer ces œuvres – car elles sont bien plus que des copies –, ne serait-ce que parce que, devant elles, on croit éprouver l’émotion de ceux qui, perplexes, enthousiastes et respectueux, les découvrirent in situ, et décidèrent de rapporter au quai de nos villes ces grands vaisseaux chargés d’hommes, de mains et d’animaux. À Tissoukaï, en Algérie, les antilopes rouges fuient toujours le long d’une paroi devant trois archers, de plus en plus effacées. Elles sont aussi à Paris, où les œuvres éparses, transposées, constituent un trésor.

 

Préhistomania, Musée de l’Homme, Paris, jusqu’au 20 mai 2024

Illustration : Chasse à l’antilope (détail), expéd. Lhote, Tissoukaï, Algérie, 1960 © MNHN – J.-C. Domenech

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

Civilisation

Merveilles françaises

Merveilles françaises

Par Richard de Seze

Parfois les conservateurs de musée sont énervés. Que se passe-t-il, en France, entre 1420 et 1460 ? Le “siècle de Charles VII” (qui régna de 1422 à 1461) n’a-t-il rien apporté de remarquable et ce roi mal aimé, éclipsé par Jeanne d’Arc, René d’Anjou ou Jacques Cœur, mérite-t-il d’être coincé entre les primitifs français et 1500 ? La France ravagée par la guerre de cent ans est-elle une page blanche artistique ?

Civilisation

Éclatante Renaissance

Éclatante Renaissance

Par Richard de Seze

Nous avons tous eu une image de la Renaissance, formée à l’école et portée par le nom attribué à cette période : une rupture esthétique, radicale, lumineuse, colorée, érudite et sensuelle, avec un Moyen-Âge sévère, morne, malhabile et ignorant. Quelques années nous ont suffi à tous pour considérer avec méfiance ces ruptures extraordinaires, ces « passages de la nuit à la lumière » qui tiennent plus des éléments de langage du propagandiste que du discours du savant ou des admirations de l’amateur.

yasbetir1.xyz winbet-bet.com 1kickbet1.com 1xbet-1xir.com 1xbet-ir1.xyz hattrickbet1.com 4shart.com manotobet.net hazaratir.com takbetir2.xyz 1betcart.com betforwardperir.xyz betforward-shart.com betforward.com.co betforward.help betfa.cam 2betboro.com 1xbete.org 1xbett.bet romabet.cam megapari.cam mahbet.cam
deneme bonusu veren siteler deneme bonusu
betoffice betoffice
hentai anime sex von teenager auf xvix.eu
tovuti mtandaoni yenye picha za xx na ngono ya watu wa rangi tofauti kati ya mwanamume mweusi na mwanamke mweupe
tovuti bure mtandaoni na video za ngono amateur na hardcore ngono
ilmainen sivusto verkossa englanti hentai fetish seksivideolla ja intohimoisella pillua nuolemalla
สาวเอเชียออกเดทออนไลน์และร่วมเพศในป่าบนเว็บไซต์ลามกที่ดีที่สุด teensexonline.com
online site of dr doe porn video where the big tits doctor get fucked deep in mouth and pussy
most hardcore amateur interracial sex videos with women that get drilled deep in ass and pussy

Inscription à la newsletter

Ne manquez aucun article de Politique Magazine !

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Politique Magazine ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !