Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Chroniques du ciel

Facebook Twitter Email Imprimer

Chroniques du ciel

Vous avez peur en avion ? Dites-vous que ce livre ne va pas vous rassurer ! Si, officiellement, l’avion reste le moyen de déplacement le plus sûr au monde, la situation des transports aériens n’a, en réalité, cessé de se dégrader ces dernières décennies avec l’explosion du nombre de passagers et le développement de compagnies à bas coût qui rognent sur tout, y compris la sécurité et les compétences des personnels navigants.

François Nénin a rassemblé ici des anecdotes toutes authentiques et, en général, récentes : oublis invraisemblables, distractions coupables, impréparation des pilotes à faire face à un gros problème ou, tout simplement, manque de formation car l’informatique a supplanté l’homme dans les cockpits. Certains de ces manques ont débouché sur des catastrophes, d’autres ont été rattrapés de justesse, les passagers n’ont jamais su qu’ils avaient frôlé la mort parce qu’ils volaient avec : un alcoolique, un drogué, un dépressif sous traitement lourd, un suicidaire, un obsédé sexuel trop occupé à lutiner l’hôtesse, ou le steward, pour se soucier du reste, un maniaque du téléphone ou des jeux vidéos, un commandant de bord qui ne connaissait pas ce type d’appareil, voire le tout à la fois.

Et cela va en s’aggravant parce que les compagnies aériennes recrutent leurs employés dans une société où toutes ces pratiques sont monnaie courante. Tenez-vous le pour dit !

Oups, on a oublié de sortir le train d’atterrissage, de François Nénin, Fayard, 210 p., 15 euros.

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

France

« Réveille-toi, ô toi qui dors… »

« Réveille-toi, ô toi qui dors… »

Par Claude Wallaert

C’est bien à nous, Français, qu’il s’adresse, cet homme intrépide ; il sonne la diane et nous encourage ! Son message est d’abord vibrant et stimulant comme un appel de trompette : ironie mordante, chronique moqueuse, galerie de portraits souvent cruels, nous avons droit à tout cela ; puis, la charge s’apaise, la mélodie se fait grave : une fois bien réveillés, nous sommes rappelés à nos devoirs de Français, et encouragés à relever la tête.