Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Haut-de-France

Facebook Twitter Email Imprimer

Haut-de-France

Ainsi, la décision est maintenant prise – et sera vraisemblablement entérinée- d’attribuer à la nouvelle région regroupant Nord-Pas-de-Calais et Picardie le nom de « Haut-de-France ». Sage et noble décision, pleine de bon sens. En effet, cette nouvelle dénomination offre de très nombreux avantages. Elle permettra, premièrement – et la presse ne s’en est guère avisée -, de relancer l’amitié ou de remettre en route le rapprochement franco-allemand : Haut-de-France d’un côté, Haut-de-Cologne de l’autre, nous aurons désormais, avec l’aide de la réforme de l’orthographe inspirée par le Ministère, une potentialité de jumelage inespéré entre deux régions si proches. Deuxièmement et, dans le même esprit, cette nouvelle dénomination pourrait ouvrir la porte à d’autres redécoupages territoriaux, plus lisibles aux yeux du grand public que les découpages actuels.

Propulsons-nous dans l’avenir et imaginons donc une région « Bas-de-France« , une région « Gauche-de-France » et, peut être, sans vouloir faire tomber en pâmoison nos dirigeants, et si la Ligue des Droits de l’Homme n’y voit rien à redire, une « Droite de France« . Car il est vrai que les points cardinaux – comme on appelait Bossuet, Fénelon, Fléchier et Massillon – ne sont que relatifs. Pour preuve, l’appellation de Zuiderzee (la Mer du Sud) au cœur de la Hollande, mer bien méridionale pour des Vikings, mais tout étrange aux yeux des Gaulois. Certes, certains esprits chagrins auraient préféré que l’on maintînt une appellation plus ancrée dans les mœurs ou la tradition, comme par exemple « Picardie-Artois-Flandres ». Mais, vous rétorquerai-je, c’est ici l’acronyme qui pourrait choquer, car la seule évocation de PAF pourrait à la fois effrayer le touriste ou évoquer encore plus brutalement la bien aimée Police de l’Air et des Frontières : tout ceci créerait désordre, surtout à Calais . Il n’en reste pas moins que tout changement mérite analyse et réflexion.

Il me revient à l’esprit un petit conciliabule fort ancien, entre un vieux ménage désirant faire l’achat d’un récepteur de télévision et un jeune vendeur : la dame exposait le fait que cet appareil étant destiné à servir en un premier temps à Paris puis, ensuite, en Haute-Savoie où elle et son époux désiraient passer leur retraite, il leur était nécessaire de connaître les réglages s’adaptant aux deux régions. Le vendeur lui expliqua alors et fort savamment que, pour Paris, il était nécessaire de se brancher sur le canal 1 et pour l’ « autre Savoie » sur le canal 3… Pourrions-nous, de la même manière, parler, pour le ci-devant Nord-Pas de Calais, de l’Autre-France?

Réfléchissons tout de même à l’avenir du « Haut-de-France« . Si, par inadvertance et réchauffement climatique aidant, la France s’avisait demain d’enlever le Haut ? Quel délicieux spectacle, mes amis ! On ne verrait là qu’un juste retour aux valeurs républicaines : car unir, dans un même esprit et un même élan, topless et sans-culottes, c’est à dire, d’un côté la haute société bling-bling et élégante et, de l’autre, le peuple qui a toujours tant de mal à suivre et à comprendre la mode, n’est-ce pas réconcilier la France avec elle-même? Et, dans ce cas de figure, si la France ne devient pas comme Seb, une cocotte révolutionnaire, tout au moins la région deviendrait-elle le « Pas-de-Haut« . Pourquoi “Pas” ? Ce ne serait qu’un juste retour des choses, car, s’il n’y a pas-de-Haut, il n’y a pas-de-Calais non plus.

A la semaine prochaine.

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

France

Entre conquête électorale du pouvoir et bloc idéologique : une actualité de Gramsci

Entre conquête électorale du pouvoir et bloc idéologique : une actualité de Gramsci

Par Louis Soubiale

La dernière élection présidentielle française a montré, davantage, sans doute, que ses devancières, que jamais le concept d’hégémonie n’aura semblé, sans jeu de mots, aussi littéralement prédominant, surplombant toute autre explication économique, politique ou sociale. Ici, la vieille notion légale-constitutionnelle de majorité n’est jamais apparue aussi peu opératoire, sinon dépassée.

Inscription à la newsletter

Ne manquez aucun article de Politique Magazine !

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Politique Magazine ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !