Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Bouton rouge

Facebook Twitter Email Imprimer

Bouton rouge

Après sa victoire aux échecs, l’intelligence artificielle a réussi, récemment, à battre l’homme au jeu de go. Elle trouve désormais des applications pratiques dans de nombreux services en ligne et l’on prédit même la disparition de nombreux métiers humains (y compris celui d’avocat, parait-il, mais quid de la robe ?). Les progrès en IA sont considérables et ne suivent plus les prévisions des scientifiques. Certains d’entre eux s’émeuvent des conséquences possibles : Stephen Hawking, qui n’est pas un rigolo, estime ainsi que l’IA pourrait mettre fin à l’humanité.
Des chercheurs en intelligence artificielle travaillent désormais sur la possibilité de désactiver un programme sans que celui-ci ne s’y oppose. En effet, dans le mécanisme d’apprentissage de l’IA, il est apparu que la « machine » pouvait trouver elle-même des solutions originales pour atteindre son but ou, au moins, éviter l’échec. On évoque ainsi ce programme de Tétris qui, pour éviter de perdre, s’était mis indéfiniment sur « pause »… Les chercheurs se demandent donc si, en intégrant un programme de désactivation – appelé « bouton rouge » – la machine ne chercherait pas aussi à le neutraliser. Ces mêmes spécialistes veulent nous rassurer en nous disant qu’ils ne cherchent pas à stopper des Robocops devenus fou-fous mais seulement à ce que « l’agent » apprenne correctement. Ce qui est fascinant dans ces recherches sur l’IA c’est que tout peut encore être inventé. Et surtout… évité.
Rien de tel dans l’intelligence humaine. On le voit encore aujourd’hui : la France s’apprête à accueillir, du moins elle l’espère, plusieurs millions d’amateurs de football et, à cette occasion, certaines intelligences supérieures ont pensé que c’était une bonne idée de réduire drastiquement l’offre de transports intérieurs et internationaux, de transformer ses grandes villes – à commencer par Paris – en poubelles géantes, d’ignorer les effets des inondations récentes, de manifester contre un projet de loi qui ne concerne pas ceux qui manifestent, et, pour les plus enthousiastes, de casser quelques magasins, agresser des policiers et faire des feux de joie avec des voitures ou, au moins, leurs pneus.
Où est le bouton rouge ?

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

France

La République pourrit sur pied : le Zoom : Henri Bec (AF) et Hilaire de Crémiers

La République pourrit sur pied : le Zoom : Henri Bec (AF) et Hilaire de Crémiers

Par Henri Baclet

Président de la Restauration nationale (Action française), Henri Bec est l’invité de TV Libertés en compagnie d’Hilaire de Crémiers, ancien directeur et fondateur de Politique Magazine. Alors que l’Action Française s’apprête à organiser son importante université d’été (du 21 au 28 août), les responsables politiques du mouvement entendent profiter de la désastreuse situation du pays pour prôner le retour du Roi ! Ils dénoncent avec virulence une « république qui pourrit sur pied » et une fracture béante entre le pays réel et le pays légal. Mais face à ce système que chacun juge à bout de souffle, que propose l’Action française en dehors de défendre l’héritage millénaire de la France ? Faut-il appliquer le « compromis nationaliste » ? S’entendre sur le nom de l’héritier ? Mettre en cause la démocratie française ? Henri Bec et Hilaire de Crémiers apportent des réponses claires et précises aux questions posées.

Inscription à la newsletter

Ne manquez aucun article de Politique Magazine !

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Politique Magazine ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !