Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Le livre noir de la gauche, de Jean Robin

Facebook Twitter Email Imprimer

Le livre noir de la gauche, de Jean Robin

Fondateur du site Enquête & débat, auteur de plusieurs ouvrages (Ils ont tué la télé publique en 2006, Dictionnaire des débats interdits en 2010), Jean Robin présente un livre au titre explicite : « Le livre noir de la gauche ». Arguant qu’il existe d’innombrables « livre de noir de… », le journaliste s’est décidé à en publier un sur nos amis socialistes, communistes et verts, alors qu’ils sont de retour à la tête de l’Etat, 17 ans après Mitterrand. Nourri par un gros travail de documentation, Le Livre noir de la gauche revient sur les heures les plus sombres de l’histoire de la gauche en France, de la Vendée aux maffias syndicales, de Karl Marx à Jean-Luc Mélenchon en passant par Sartre et Hessel. L’auteur montre, entre autre, la proximité idéologique entre le socialisme et le fascisme en reproduisant des textes et discours de Goebbels, Doriot ou Mussolini. Il rappelle aussi des histoires oubliées ou étouffées : celle de Marc Blondel, secrétaire général de la CGT pendant 15 ans, condamné pour non-respect du droit du travail envers son chauffeur, celle des propos pédophiles tenus par Daniel Cohn-Bendit dans l’émission Apostrophes en 1982… ou encore les chasses à l’homme subies par les Zemmour, Camus et autre Millet. Malgré une présentation d’ensemble un peu désordonnée, un précieux recueil sur la gauche française !

Le livre noir de la gauche, Jean Robin, Editions Tatamis, 340 pages, 18 euros.

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

France

« Réveille-toi, ô toi qui dors… »

« Réveille-toi, ô toi qui dors… »

Par Claude Wallaert

C’est bien à nous, Français, qu’il s’adresse, cet homme intrépide ; il sonne la diane et nous encourage ! Son message est d’abord vibrant et stimulant comme un appel de trompette : ironie mordante, chronique moqueuse, galerie de portraits souvent cruels, nous avons droit à tout cela ; puis, la charge s’apaise, la mélodie se fait grave : une fois bien réveillés, nous sommes rappelés à nos devoirs de Français, et encouragés à relever la tête.