Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Les Russes sont-ils les seuls à avoir une volonté politique ?

On voudrait évoquer nos tribulations judiciaires, toujours les mêmes, à dominante de terrorisme islamique.

Facebook Twitter Email Imprimer

Les Russes sont-ils les seuls à avoir une volonté politique ?

Russian President Vladimir Putin, right, leads a meeting on on economic issues in Moscow, Russia, Monday, Feb. 28, 2022. (Alexei Nikolsky, Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP)/XAZ133/22059582006626/POOL PHOTO/2202281716

Mais voici que Vladimir Poutine envahit nos écrans et nos radios en même temps que l’Ukraine. Comment y échapper ? c’est le fait du jour, du mois et, peut-être, de l’année. Les bruits de guerre, à l’Est, rendent dérisoires nos rumeurs et nos exclamations, nos agitations politiciennes et nos déclarations. Tu peux toujours parler, on s’en moque… parce que c’est la guerre !
Notre président s’était essayé à l’exercice, il y a deux ans, au début de la pandémie médiatique : « c’est la guerre », déclarait-il, mais les actes de bravoure se limitaient à applaudir le personnel soignant, le soir à 20 heures, avant d’aller prendre l’apéritif. Là, c’est la guerre avec des bombes, des avions de chasse, des fusils, des attaques et des morts. L’ultima ratio (le dernier argument) des rois devient réalité, et la politique, dont la guerre est la fine pointe, prend toute sa dimension de tragédie. Tout le reste est littérature.

Que veut Poutine ? entend-on partout, et cela signifie que le monde entier a compris qu’il y avait un chef d’État qui voulait véritablement quelque chose.
Pas besoin d’être un géopoliticien confirmé pour se souvenir que la Russie est née à Kiev et que l’histoire ne s’arrête pas à notre reine, née Anne de Kiev, ni au XVIIIe siècle. Mikhaïl Boulgakov, dans Le Maître et Marguerite, nous l’a dit pour notre temps : tout vient de Kiev et tout y retourne. Il y a des États dont les gouvernants ont le sens de l’histoire des nations qu’ils dirigent, et puis il y en a d’autres qui s’occupent d’autre chose… on ne sait pas de quoi… et eux non plus d’ailleurs.

Que va peser le conglomérat appelé Union européenne dans ce conflit ? Rien. Que va peser l’alliance américaine dite OTAN, qui a décidé de ne pas sacrifier un seul soldat américain dans cette affaire ? Rien. Nous aurons beaucoup de gesticulations, de condamnations et, peut-être, quelques affrontements verbaux intérieurs sur le sujet… et puis Poutine fera ce qu’il a décidé de faire.

Revenons donc à nos affaires. Il serait temps de les reprendre en mains. La Fédération de Russie nous apprend qu’on peut avoir été opprimée par un régime inhumain, dépecée par ses voisins – un peu comme la France en 1815 – et puis se ressaisir et imposer sa volonté (mais que veut Poutine ?) à la face du monde. Une telle détermination serait-elle réservée aux Russes ?

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

France

Limites

Limites

Par Philippe Mesnard

Il y a dans les déclarations de Macron, qui s’obstine à présenter la France comme le phare des nations (et donc lui-même comme la lumière dispensée par ce phare), la vieille et insupportable prétention progressiste à mépriser les conditions de son expansion : les nappes bienfaisantes de l’universalisme sont supposées recouvrir toutes les aspérités, les parois des nations sont supposées fondre à la flamme des convictions généreuses, les adversaires ne sont que fétus balayés par le vent de l’histoire.

Tribunes

Solitaire et irréductible, gardien de la République et de l’Europe

Solitaire et irréductible, gardien de la République et de l’Europe

Par Hilaire de Crémiers

L’homme qui dirige la France, ou qui croit la diriger, avec un sentiment de puissance exagéré qui ne correspond plus à la réalité d’aujourd’hui, et encore moins après les élections européennes qui le sanctionnent si gravement et, pour ainsi dire, presque totalement, comme un plébiscite de rejet, peut encore, et malheureusement, pendant les trois ans qui lui restent de présidence, causer d’autant plus de dégâts qu’il se sent pressé, voire acculé par le temps, et qu’il cherche le débouché d’un nouveau statut qui lui permette, après les échéances électorales et la fin de son mandat en 2027, de conserver un rôle prépondérant dans des structures politiques et économiques du plus haut niveau.

1v1.lol unblocked google sites unblocked bit life unblocked slope unblocked yohoho unblocked io games unblocked drive mad unblocked 1v1.lol unblocked io games krunker.io 1v1.lol
melbet megapari 1win giriş melbet giriş melbet giriş melbet melbet giriş onbahis giriş megapari

Inscription à la newsletter

Ne manquez aucun article de Politique Magazine !

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Politique Magazine ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !