Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Quelques irritations

Il paraît que « le centre hospitalier Nord Ardennes est à la recherche de médecins anesthésistes, de gynécologues et de pédiatres pour sa maternité de niveau 2. » Comme il le précise sur le site créé tout exprès, et dans une publicité parue au moins dans Le Figaro, ce centre est « dans le top 50 des établissements hospitaliers de France, avec 5 spécialités figurant dans le dernier classement annuel du Point ». Comment ne pas être tenté ?

Facebook Twitter Email Imprimer

Quelques irritations

Mandatory Credit: Photo by Maya Vidon-White/UPI/Shutterstock (13849019d)

Mais nous sommes en 2023 et, donc, site et publicité précisent que « tout candidat retenu avant le 15 avril 2023 donnera son nom à une rue de Charleville-Mézières ou Sedan ». Voilà. Avant, on s’appelait Louis Pasteur et on inventait le vaccin contre la rage et on avait son avenue à Sedan à côté des avenues du Maréchal Leclerc, des Martyrs de la Résistance ou de la rue du Président Salvador Allende. Maintenant, on accepte d’être anesthésiste avenue de Manchester à Charleville-Mézières et on est traité comme un héros – et peut-être un martyr. C’est la France de Macron, qui continue à ruiner tous les hôpitaux publics en même temps que la santé des Français, constitutionnalise l’avortement et va introduire en grandes pompes l’euthanasie. La tête pleine de chimères, le président foule aux pieds les Français et, juché sur ce triste pavois, se rengorge d’assumer le chaos qu’il sème.

25e rang mondial du PIB par habitant

Pendant ce temps, Bruno Le Maire est fier d’annoncer, le 22 mars, que « la France sera la première nation en Europe à mettre des règles claires sur le secteur de l’influence commerciale ». Ce touite m’a donné chaud au cœur. Nous sommes au 25e rang mondial du PIB par habitant, en France, selon le FMI. Devant nous, l’Irlande, la Suisse, la Norvège, les États-Unis, l’Islande, l’Australie, le Danemark, la Suède, le Canada, Israël, l’Autriche, le Royaume Uni, la Belgique, l’Allemagne, la Finlande… Notre dette publique est à 113,4 % de notre PIB (66,6 % en Allemagne), l’industrie représente 13,1 % de notre PIB (24 % en Allemagne), nous sommes en déficit commercial croissant depuis 20 ans (serez-vous étonnés d’apprendre que l’Allemagne est très largement positive ?), mais Bruno Le Maire est fier : il va réglementer ceux qui font de la pub sur YouTube et TikTok. La France est en train de ruiner son industrie automobile sous prétexte de sauver la planète cependant que l’Italie, l’Allemagne, la Pologne, la République tchèque et la Bulgarie (les sous-traitants allemands, quoi) défendent les moteurs thermiques et s’opposent à l’interdiction de leur vente en Europe à partir de 2035. La France s’acharne à défendre cette absurdité car elle est persuadée qu’elle va ainsi réussir à lancer sa filière hydrogène et sécuriser sa filière nucléaire. Inutile de dire comment la chose va finir. En attendant, Bruno Le Maire est heureux de protéger les consommateurs français en lançant signal.conso.gouv.fr pour « signaler les arnaques » (sic). On attend avec impatience ses déclarations fracassantes sur une nouvelle loi pour encadrer les coachs en bien-être une fois que l’Union européenne aura ratifié son accord avec le Mercosur (auquel l’Allemagne est favorable), supprimé 90 % des droits de douane entre l’Europe et l’Amérique du Sud et ruiné ainsi les éleveurs français.

Voter ne suffit plus au bonheur

Bizarrement, les Français ne sont pas contents. Voilà 150 ans qu’on leur dit qu’ils sont représentés, c’est-à-dire qu’ils ont le droit de voter et de se taire, puisque les bons démocrates ont décidé qu’il ne pouvait pas y avoir de mandat impératif et que des démocrates encore meilleurs ont décidé qu’on ne ferait jamais de référendums sur rien et que le plus démocrate d’entre nous, Manu, a décidé de réinventer la démocratie directe (après l’histoire de France et juste avant la diplomatie africaine, avec le même succès) à l’aide de conventions citoyennes encadrées et de grands débats contrôlés. Les Français ont désormais le sentiment qu’ils sont très mal représentés, par des gens élus par une minorité, qu’on ne peut pas dégager, même quand ils sont nuls, et ils sont nuls, même s’ils prétendent en permanence le contraire en sous-entendant que le peuple est bête, ce qui est énervant. Voter ne suffit donc plus au bonheur citoyen du peuple. Désormais, les Français sont prêts à puiser dans le vieux répertoire de la violence. Ils trouvent pour moitié que « les actions militantes violentes pour contraindre les politiques à prendre en compte l’avis de la population » sont plutôt (29 %) ou tout-à-fait (23 %) légitimes (ObSoCo, enquête, mars 2023). On mesure ici, après ses incroyables succès industriels, économiques et diplomatiques, tout le mérite social et politique, stricto sensu, de Macron. 28 % des 25-44 ans sont tout-à-fait d’accord, surtout les plus pauvres, à qui on promet depuis quelques décennies que l’Union européenne, l’immigration et la République vont les enrichir mais qui s’obstinent, bêtement, à regarder leur pouvoir d’achat se racornir. Il est temps, en effet, de contraindre les politiques à écouter la population, qui pense mieux que les privilégiés qu’elle entretient.

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

France

Limites

Limites

Par Philippe Mesnard

Il y a dans les déclarations de Macron, qui s’obstine à présenter la France comme le phare des nations (et donc lui-même comme la lumière dispensée par ce phare), la vieille et insupportable prétention progressiste à mépriser les conditions de son expansion : les nappes bienfaisantes de l’universalisme sont supposées recouvrir toutes les aspérités, les parois des nations sont supposées fondre à la flamme des convictions généreuses, les adversaires ne sont que fétus balayés par le vent de l’histoire.

Tribunes

Solitaire et irréductible, gardien de la République et de l’Europe

Solitaire et irréductible, gardien de la République et de l’Europe

Par Hilaire de Crémiers

L’homme qui dirige la France, ou qui croit la diriger, avec un sentiment de puissance exagéré qui ne correspond plus à la réalité d’aujourd’hui, et encore moins après les élections européennes qui le sanctionnent si gravement et, pour ainsi dire, presque totalement, comme un plébiscite de rejet, peut encore, et malheureusement, pendant les trois ans qui lui restent de présidence, causer d’autant plus de dégâts qu’il se sent pressé, voire acculé par le temps, et qu’il cherche le débouché d’un nouveau statut qui lui permette, après les échéances électorales et la fin de son mandat en 2027, de conserver un rôle prépondérant dans des structures politiques et économiques du plus haut niveau.

1v1.lol unblocked google sites unblocked bit life unblocked slope unblocked yohoho unblocked io games unblocked drive mad unblocked 1v1.lol unblocked io games krunker.io 1v1.lol
melbet megapari 1win giriş melbet giriş melbet giriş melbet melbet giriş onbahis giriş megapari

Inscription à la newsletter

Ne manquez aucun article de Politique Magazine !

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Politique Magazine ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !