Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Une leçon de vie

Facebook Twitter Email Imprimer

Une leçon de vie

Ce livre, Avoir du chien à 80 ans !, chaleureux, d’une entraînante vitalité, est un cadeau de Francine Simon, alias Narkis, qu’elle écrivit à 80 ans ; elle en a aujourd’hui 90. Mais qui est-elle ? Issue d’un milieu favorisé, comblée par sa vie d’épouse et de mère, elle aurait pu se contenter de vivre dans la routine prosaïque de sa tour d’argent. Pourtant, ne s’accordant aucune médiocrité intellectuelle ou physique, son hygiène de vie sera un combat de tous les jours. Légère sans être dilettante, fantaisiste mais réfléchie, toujours en quête de perfection et de savoir, elle n’eut toute sa vie qu’une seule règle : dépasser ses horizons. Traversée par l’amour d’autrui, la Seconde Guerre mondiale la verra devenir infirmière bénévole. Puis, auprès de son époux, professeur de médecine réputé de l’époque, elle s’avèrera une femme d’affaires efficace. Pianiste, écrivain, talentueuse et créative, sa rencontre avec Stéphane Rozand, « dompteur de métaux », constituera un choc artistique profond. Il l’amènera sur le chemin de la création. Sous le pseudonyme de Narkis, elle deviendra artiste peintre et sculpteur, autre manière de communiquer et de partager. Dans son ouvrage, traçant ses souvenirs avec la pointe du cœur, beaucoup d’humour et même d’autodérision, elle ne se pose pas en modèle mais comme une force pouvant être bénéfique à n’importe quelle vie. Sa prose aérienne et mesurée révèle aux apprentis de l’existence que nous sommes tous, que, si vivre est un privilège, savoir vivre est un art.

Narkis, Avoir du chien à 80 ans !, éd. La Compagnie Littéraire, 131 p., 20 €.

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

France

« Réveille-toi, ô toi qui dors… »

« Réveille-toi, ô toi qui dors… »

Par Claude Wallaert

C’est bien à nous, Français, qu’il s’adresse, cet homme intrépide ; il sonne la diane et nous encourage ! Son message est d’abord vibrant et stimulant comme un appel de trompette : ironie mordante, chronique moqueuse, galerie de portraits souvent cruels, nous avons droit à tout cela ; puis, la charge s’apaise, la mélodie se fait grave : une fois bien réveillés, nous sommes rappelés à nos devoirs de Français, et encouragés à relever la tête.