Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Quartiers sensibles, foi essentielle

Facebook Twitter Email Imprimer

Quartiers sensibles, foi essentielle

L̕engagement dans la mission s’est fait à deux mais seule l’épouse a pris la plume. En 2014, l’auteur et son mari ont tout quitté, région, famille et amis pour vivre en « cité » pendant cinq années, tout d’abord en région parisienne puis dans le sud de la France. Pierre et Isabelle Chazerans, parents de sept enfants, ont donc vécu tous les deux en logement social avec l’association Le Rocher. Celle-ci est présente dans différents quartiers sensibles en France et se donne pour mission d’envoyer des volontaires pour vivre en cité et y mener notamment des actions éducatives.
Au gré des différentes histoires contées, l’auteur nous relate la vie quotidienne au cœur d’une cité. Sans tabou, nous découvrons leurs appréhension du début d’un monde totalement étranger puis au fil des pages, les relations entre les habitants et ce couple se créent. Se mêlent alors joie, étonnement, peine et peur. Joie de faire de si belles rencontres, étonnement de découvrir ce « monde-là » en France, peine de suivre le parcours chaotique de certains grands jeunes ou encore peur face à des problèmes et questionnements que l’on connaît tous mais qui sont d’autant plus exacerbés dans ces milieux en vase clos. L’islam, la drague, la laïcité, le communautarisme, la place des femmes, le rôle des maris, la place des catholiques en cité, sont autant de sujets évoqués par le couple. Cependant, il ne s’agit pas d’un livre d’étude de ces questions mais d’un témoignage vivant et chaleureux. Une manière « reposante » d’aborder les vrais problèmes sans formules dénuées de sens, où le « vivre-ensemble » se substitue à l’amour du prochain.
Ce carnet de bord est finalement le témoignage poignant d’un couple dont l’engagement spirituel et humain unique nous donne une véritable espérance pour ces quartiers sensibles. L’auteur nous rappelle l’importance des vertus théologales et comment celles-ci ont guidé leur mission : la foi, l’essence même de ces cinq années, la charité, d’aller au-devant de l’autre, dans ces quartiers, parfois zones de non-droit mais où tout n’est pas perdu si l’on s’attache à garder l’espérance.
Seul regret, plus de détail sur certains sujets (islam, communautarisme, dialogue inter-religieux) aurait été apprécié, mais cela nous aurait éloigné de la vocation et de l’esprit de l’auteur : nous livrer son pur témoignage et nous inciter à oser la rencontre.

Isabelle Chazerans, Oser la rencontre. Éditions Emmanuel, 2021, 272 p., 18 €.

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

Civilisation

Gouverner c’est douter. Le scepticisme méthodologique chez Montaigne

Gouverner c’est douter. Le scepticisme méthodologique chez Montaigne

Par Louis Soubiale

Rien ne paraît plus audacieux à l’homme – devrait-on ajouter l’épithète moderne, comme pour caractériser ce type d’homme occidental enfanté par un XXe siècle techniciste, mécaniciste, en un mot, déspiritualisé – que de défier ce qui le transcende, même ce à quoi son entendement se dérobe, ne se souciant guère que sa raison soit enténébrée dans l’ineffable et l’inaccessible, que son Logos s’évapore dans l’immensité infinie du cosmos…