Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Peindre sa vie

Facebook Twitter Email Imprimer

Peindre sa vie

Berthe Morizot (1841-1895) fut la belle-sœur d’Edouard Manet dont elle épousa le frère Eugène en 1874. Illustre figure de la femme artiste par excellence, par la double vertu de ses qualités de modèle et de peintre, devenue « Madame Manet », elle demeura Berthe Morizot pour l’histoire de l’art.

En 1884, elle sera admise parmi ses confrères impressionnistes dont Degas, Renoir et Monet. Comme Degas, intéressée par diverses formes d’expression artistique, Berthe Morizot adopte l’aquarelle au cours des années 1880 ainsi que le pastel qui influencera sa peinture. Elle trouvera également une source d’inspiration chez Mary Cassatt pour ses thèmes féminins : maternité, nourrice et enfant, figures lisant ou cousant, ou encore scènes de toilette où blanc, gris et rose se déclinent merveilleusement. Paul Valéry rend hommage à celle qu’il surnommait « Tante Berthe » puisqu’il avait épousé sa nièce. Il souligne la singularité de cette artiste qui fut de « vivre sa peinture et de peindre sa vie ». N’est-ce pas l’essence même de l’impressionnisme ? Célébrée pour l’élégance du dessin, la fraîcheur des coloris, la simplicité et la vérité des expressions, son incontestable talent fut très vite reconnu. Ce livre est une occasion de (re)découvrir cette artiste de haute tenue au moment où une grande exposition lui est consacrée au Musée d’Orsay (jusqu’au 22 septembre 2019).

Paul Valéry, Berthe Morizot. Les Éditions de Paris, 2019, 75 p., 13 €.

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

Civilisation

« Dompter la matière selon ses pulsions »

« Dompter la matière selon ses pulsions »

Par Madeleine Gautier

Née en 1930 à Paris, Francine Simon, de son nom d’artiste Narkis, a toujours vécu dans un milieu artistique. Écrivain, musicienne, peintre dont le maître fut Mac Avoy, sa rencontre, en 1990, avec Stéphane Rozan, sera un choc artistique profond qui la ramènera à sa première passion : la sculpture. Pour sa contribution au développement culturel, elle reçoit la Médaille de vermeil Arts-Sciences-Lettres en 2019, puis, en 2020, la Médaille d’argent, en tant que compositrice-parolière. Entretien.

Civilisation

Vivre dans l’air

Vivre dans l’air

Par Richard de Seze

Les meilleurs films et bandes dessinées de science-fiction sont ceux où l’équipe artistique et technique s’efforce d’être crédible en imaginant vaisseau et scaphandre. Il y a une indéniable poésie de l’ingénieur dans cette manière de rendre réel l’exploit impossible, et Dieu sait qu’Objectif lune doit beaucoup de son charme et de son intérêt au réalisme de ses décors qui contraint presque la narration, la tire vers le documentaire.