Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Livre. Madeleine Pauliac L’insoumise

Facebook Twitter Email Imprimer

Livre. Madeleine Pauliac L’insoumise

A la demande du Général de Gaulle la docteur Madeleine Pauliac, fut chargée de diriger une équipe de onze Françaises de la Croix-Rouge d’à peine vingt ans pour former l’Escadron bleu. Elles ont eu pour mission de rapatrier les blessés français et les rescapés des camps de concentration, de Majdanek, en Pologne, à Dachau, en Allemagne. La main de fer de l’empire soviétique n’aura de mise que de les en empêcher. Mais leur courage et détermination leur permettrons d’accomplir leur mission. Elles iront même jusqu’à entrer dans les goulags pour aller sauver des français, qui s’étaient fourvoyés dans la collaboration et avaient porté l’uniforme de la LVF et de la Waffen SS Charlemagne.

Le point d’orgue de cette épopée est la découverte d’une abbaye dans laquelle les nonnes avaient toutes été violées par les soldats russes. Certaines se trouvaient en ceinte. Elle les aida à accoucher, puis créa un orphelinat et réussit à rapatrier en France, selon un rapport officiel, vingt-quatre enfants qui furent confiés à des familles d’accueil.

Cet épisode donna lieu à un film émouvant, Les Innocentes, nommé 4 fois aux César 2017 !

Madeleine Pauliac est décédée accidentellement en mission le 13 février 1946 à Sochaczew près de Varsovie. On ne peut que rendre hommage à cette héroïne dont l’histoire a été remarquablement retranscrite avec émotion par Philippe Maynial, son neveu.

Madeleine Pauliac L’insoumise, Philippe Maynial, 2017, 286 pages, 19,90 euros

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

France

« Réveille-toi, ô toi qui dors… »

« Réveille-toi, ô toi qui dors… »

Par Claude Wallaert

C’est bien à nous, Français, qu’il s’adresse, cet homme intrépide ; il sonne la diane et nous encourage ! Son message est d’abord vibrant et stimulant comme un appel de trompette : ironie mordante, chronique moqueuse, galerie de portraits souvent cruels, nous avons droit à tout cela ; puis, la charge s’apaise, la mélodie se fait grave : une fois bien réveillés, nous sommes rappelés à nos devoirs de Français, et encouragés à relever la tête.