Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Le XVIIIe en tous ses états

Un joli petit livre. L’idée est de présenter le XVIIIe siècle français en une série de tableaux choisis et commentés.

Facebook Twitter Email Imprimer

Le XVIIIe en tous ses états

C’est très réussi. Il faut dire que Cécile Berly connaît son XVIIIe, pour ainsi dire, comme sa poche. Elle en connaît l’histoire, bien sûr, mais tout aussi bien la littérature, l’art, la peinture et l’architecture en tous leurs modes différents et en leurs évolutions. La légèreté et le grave, tel est le titre qui résume bien l’esprit du livre et tout aussi bien l’esprit du XVIIIe qui va du coquin au tragique sur des gammes d’une infinie souplesse. Les tableaux sont fort bien choisis, de Watteau à David en passant par Boucher, Quentin de La Tour, Greuze, Vigée-Lebrun. Chaque tableau donne lieu à des études aussi bien picturales que philosophiques. C’est plaisant, agréable à lire, d’une fine psychologie, bien féminine, même si le commentaire ose s’avancer dans des détails parfois un peu crus. Ainsi le veut le siècle qui finira, pourtant, de la manière la plus tragique, La mort de Marat est là pour l’attester. Le sang après les roses.

 

La légèreté et le grave. Une histoire du XVIIIe en tableaux, Cécile Berly, Passés-Composés, 185 p., 24€

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

Civilisation

Fascisme, nazisme et Europe

Fascisme, nazisme et Europe

Par PM

Dans un ouvrage magistral, Georges-Henri Soutou revient sur le premier projet européen contemporain : celui d’Hitler et Mussolini. Comment concevaient-ils cet espace à la fois antique et bouleversé, quels étaient les leviers de leur politique européenne, jusqu’où entendaient-ils converger… Enfin, dans quelle mesure l’actuelle technocratie bruxelloise est-elle l’héritière spirituelle des premiers artisans d’une Europe politique ? Entretien avec Georges-Henri Soutou, membre de l’Institut

Civilisation

Déclarations d’amour

Déclarations d’amour

Par Michel Bouvier

On peut déclarer son amour à une femme, à un homme, à son enfant, ou encore à son père, comme fait Mathias Malzieu dans Le guerrier de porcelaine (éd. Albin Michel), mais on peut aussi s’éprendre d’un personnage inventé, qu’on invente afin de pouvoir l’aimer, d’en faire son ami, ainsi que l’ose Bernard Quiriny dans Portrait du baron d’Handrax (éd. Rivages), et c’est la plus étonnante des déclarations d’amour à première vue, puis moins en y regardant de plus près. Parce qu’en fait, on touche là un des grands secrets de la création littéraire, dont le principe est l’amour.

Inscription à la newsletter

Ne manquez aucun article de Politique Magazine !

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Politique Magazine ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !