Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Laboratoire

Facebook Twitter Email Imprimer

Laboratoire

Ghislain Chauffour, à qui on doit la toute récente réédition annotée du Purgatoire de Boutang, est un humaniste : professeur de philosophie, traducteur d’Ezra Pound, éditeur de Du Bellay et Blaise de Vigenère, parlant plusieurs langues, pétri de latin, de grec et d’hébreu, admirateur de la Chine, lecteur de la Bible, fin connaisseur de toutes les théories du langage, critique acerbe et précis du discours scientifique sur le monde… Il nous livre, avec ce Traité d’harmonie littéraire, un objet indéfinissable, prodigieusement intéressant et irritant, rempli d’aperçus fulgurants, de discussions serrées sur la prétention de la science ou de la philosophie à dire le réel tout en évacuant le sensible, d’éloge de l’art comme moyen d’élucider le sens de la vie (un art qui englobe Dante et Sei Shōnagon, Kafka et Ponge, Rothko et Brancusi, Ligeti et Ravel, et mille autres, qu’il a lus, considérés, goûtés et analysés), de la place centrale de Dieu (judaïquement écrit D-) et de la nécessité de tout rapporter à Lui (scientistes et athées sont traités comme des mutilés). Fort bien. Comme en plus il parsème ses pages de mots et de tournures rares (sopors, vaucrer) et qu’il ajoute quelques 500 notes pour détailler, parfois très longuement, ce qu’il vient d’affirmer ou de donner en exemple, on est facilement rassasié au bout de dix pages et on peut méditer quelques heures ce qu’on vient de lire. Mais aussi, quel fouillis ! Et une certaine préciosité, sans doute légitime tant l’auteur est précis et sait, lui, toutes les affinités dont il charge trois mots et deux phrases, que nous peinons à élucider entièrement. L’abattement succède à l’enthousiasme avant d’être à nouveau suscité. Le propos vole haut, redescend dans la polémique intelligente, repart dans une certaine obscurité, et on sent un homme, qui a passé 70 ans, déverser dans ses pages tout son savoir, en un jet puissant qui mêle volontairement toutes les disciplines, tous les souvenirs, toutes les consonances, toutes les convictions mûries et toutes les révélations reçues. On est étourdi. On y revient. Je m’acharne depuis trois semaines. Je lis au hasard. Je finirai par le reprendre de bout en bout.

Ghislain Chauffour, Traité d’harmonie littéraire. Les Provinciales, 2021, 224 p., 20 €

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

France

« Réveille-toi, ô toi qui dors… »

« Réveille-toi, ô toi qui dors… »

Par Claude Wallaert

C’est bien à nous, Français, qu’il s’adresse, cet homme intrépide ; il sonne la diane et nous encourage ! Son message est d’abord vibrant et stimulant comme un appel de trompette : ironie mordante, chronique moqueuse, galerie de portraits souvent cruels, nous avons droit à tout cela ; puis, la charge s’apaise, la mélodie se fait grave : une fois bien réveillés, nous sommes rappelés à nos devoirs de Français, et encouragés à relever la tête.