Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

La nuit de Notre-Dame

Installez-vous bien, vous ne quitterez pas ce livre avant de l’avoir fini.

Facebook Twitter Email Imprimer

La nuit de Notre-Dame

Tout commence le 15 avril 2019 à 18h46 par la vibration d’un téléphone portable à l’état-major de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris. Les camions vont filer sur les quais. La mobilisation progressive de 600 hommes commence.

Nous assistons ici à une extraordinaire aventure menée par un corps d’élite, et d’abord par des hommes héroïques, du simple sapeur jusqu’au général, dont nous découvrons les noms, les vies, les tempéraments. Certains sont marqués par des participations récentes : l’opération Barkhane, l’incendie de la rue de Trévise, le Bataclan.

Le récit est d’autant plus haletant qu’une heure après le premier appel à la Brigade, c’est l’effondrement de la flèche et l’évacuation immédiate de tous les pompiers sur place. Il faudra attendre 21h22 pour qu’un sergent-chef expérimenté propose une solution, rapidement adoptée malgré des risques encourus considérables : attaquer le feu par la façade et les tours.

Tous ont engagé le meilleur d’eux-mêmes : celui qui prend un commandement dans l’urgence sait s’effacer à l’arrivée d’un plus gradé, ou sait rétrograder pour aider plus efficacement. Celui qui rencontre l’employé paniqué de la sécurité sait lui en imposer pour qu’il indique enfin la clé de la porte à ouvrir. Les qualités d’un chef sont là : sérénité devant la mort, souci premier de la vie de ses hommes, honneur, sportivité, présence en première ligne, sang-froid absolu. L’utilité des binômes apparaît : ne jamais agir seul car on peut avoir besoin de l’autre en cas de danger, mais aussi en cas de doute sur les décisions prises.

La ruse est de la partie : vis-à-vis du feu, ce monstre dévorant, mais aussi vis-à-vis des médias et des autorités. Un poste de commandement « miroir » est créé pour donner les informations sans déranger le « vrai » centre de commandement. Et la technologie ne tient pas devant le crayon du dessinateur qui va se glisser dans la moindre coursive pour indiquer un accès, un nombre de marches d’escalier. Une femme dont le nom n’est pas cité, casque en tête, guide les sauveteurs vers les 1300 œuvres d’art de la cathédrale. On assiste à la récupération de la couronne d’épines et du Saint-Sacrement.

Le caractère sacré de la cathédrale rejaillit sur tous les acteurs de cette nuit inoubliable : on n’observe aucun des tiraillements habituels entre pompiers, architectes, ingénieurs, policiers. Et la confiance des autorités, jusqu’au plus haut niveau de l’État, est totale. Les Français se sont retrouvés ce soir. « Nous sommes tous conscients que nous travaillons pour sauver quelque chose qui nous dépasse. Qui nous oblige », dit le général Gontier.

Le 18 avril, à 22 heures, le lieutenant-colonel Ronan sait que l’aventure s’achève : seul dans la rue du Cloître, il pleure d’épuisement et de fierté. Notre-Dame est debout, et aucun pompier n’a été touché.

  • La nuit de Notre-Dame par ceux qui l’ont sauvée, Brigade des sapeurs-pompiers de Paris, Grasset, 2019, 231 p., 18 €.

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

1v1.lol unblocked google sites unblocked bit life unblocked slope unblocked yohoho unblocked io games unblocked drive mad unblocked 1v1.lol unblocked io games krunker.io 1v1.lol
melbet megapari 1win giriş melbet giriş melbet giriş melbet melbet giriş onbahis giriş megapari

Inscription à la newsletter

Ne manquez aucun article de Politique Magazine !

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Politique Magazine ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !