Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Identité nationale

Facebook Twitter Email Imprimer

Identité nationale

Renaissance catholique organise chaque année depuis presque trente ans des universités d’été. Elles connaissent le plus vif succès. Les thèmes en sont variés, mais tournent tous autour de la défense nationale et catholique. Les meilleurs auteurs sont au rendez-vous et dispensent une formation devenue rare aujourd’hui. Cette année, aux éditions Contretemps, Renaissance catholique publie les Actes de l’année 2010. Le thème en était l’identité nationale. C’est comme toujours passionnant à lire : une douzaine de communications qui constituent, chacune en soi, une étude singulière et approfondie, d’un abord aisé, et qui donne un point de vue sur la question capitale de l’identité nationale. Une première série de conférences aborde sous l’aspect historique la formation spécifique de l’unité nationale en France où évidemment la figure de Jeanne d’Arc qui est célébrée cette année, apparaît comme l’illustration même de cette identité française ; une seconde série d’interventions montre le délitement de cette identité sous les coups de boutoir des conceptions modernes et des politiques de destruction systématique de la souveraineté française, de la caractéristique de nos territoires, de la spécificité de nos peuples, de la particularité de nos traditions. Le problème est toujours le même. Comment retrouver nos racines ? Un livre à lire et à faire lire.

L’identité nationale, Editions Contretemps, 327 p., 23 €.

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

Civilisation

Gouverner c’est douter. Le scepticisme méthodologique chez Montaigne

Gouverner c’est douter. Le scepticisme méthodologique chez Montaigne

Par Louis Soubiale

Rien ne paraît plus audacieux à l’homme – devrait-on ajouter l’épithète moderne, comme pour caractériser ce type d’homme occidental enfanté par un XXe siècle techniciste, mécaniciste, en un mot, déspiritualisé – que de défier ce qui le transcende, même ce à quoi son entendement se dérobe, ne se souciant guère que sa raison soit enténébrée dans l’ineffable et l’inaccessible, que son Logos s’évapore dans l’immensité infinie du cosmos…