Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Franck Ferrand persiste et signe

Facebook Twitter Email Imprimer

Franck Ferrand persiste et signe

Franck Ferrand ! Historien, digne héritier de George Lenôtre (qui, par ses anecdotes, nous a ouvert les petites portes de l’histoire, pour mieux comprendre la grande épopée nationale) et d’André Castelot et Alain Decaux, remarquables coryphées de notre culture nationale. Après son “conte politique” sur Jeanne d’Arc, L’Année de Jeanne (Plon), qui revisitait l’épopée de l’héroïne en la resituant à notre époque contemporaine, il nous livre un recueil de ses articles parus dans Historia. Naturellement, on retrouvera sa méthode qui consiste à mettre en doute les versions officielles de l’Histoire, à en prendre même parfois le contrepied, mais toujours avec verve.
Sont réunis vingt histoires, vingt destins. En vrac, mais plus particulièrement proches de nous, la révolte des sabotiers (révolte évoquant les Gilets Jaunes), les bûchers oubliés de François Ier, Colbert, l’ambitieux sans limites, la belle Aïssé, égérie de la Régence, le mystère Stradivarius, l’énigme Louis XVII, Bonaparte prend le pouvoir, 1820 : le duc de Berry se meurt, et enfin, le sac du palais d’Eté de Pékin. Il ne s’agit pas d’une relecture de l’Histoire, mais d’une promenade brillante au travers des lacis mystérieux des forêts de la mémoire.

Franck Ferrand, Portraits et destins. Perrin/Historia, 2021, 300 p., 17 €.

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

France

« Réveille-toi, ô toi qui dors… »

« Réveille-toi, ô toi qui dors… »

Par Claude Wallaert

C’est bien à nous, Français, qu’il s’adresse, cet homme intrépide ; il sonne la diane et nous encourage ! Son message est d’abord vibrant et stimulant comme un appel de trompette : ironie mordante, chronique moqueuse, galerie de portraits souvent cruels, nous avons droit à tout cela ; puis, la charge s’apaise, la mélodie se fait grave : une fois bien réveillés, nous sommes rappelés à nos devoirs de Français, et encouragés à relever la tête.