Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Deux livres pour la semaine

Facebook Twitter Email Imprimer

Deux livres pour la semaine

René Benjamin et Louis Jugnet sont deux auteurs méconnus ou ostracisés. L’un était un brillant journaliste, l’autre un grand philosophe thomiste. Ces deux livres permettent de les redécouvrir !

René Benjamin journaliste

Les cahiers René Benjamin viennent de publier leur N° 3. René Benjamin était un écrivain brillant ; il a souffert de l’ostracisme qui a suivi la deuxième guerre mondiale. La vie prodigieuse de Balzac est un chef d’œuvre ; ses pamphlets comme Aliborons et démagogues sont toujours d’actualité ; L’Enfant tué fait pleurer et Maurras, fils de la mer donne à rêver. Xavier Soleil a voulu donner dans ce cahier quelque aperçu du talent de journaliste de Benjamin. Du grand talent, rire et indignation se succèdent, émotion et dérision agrémentent la fresque qui dépeint l’époque : ridicule et désastreuse.

René Benjamin journaliste, choix présenté par Xavier Soleil, Préface de Francis Bergeron, Pardès, 251 p, 18 euros.

Fides et ratio

Les Editions de Chiré rééditent les traités et opuscules de Louis Jugnet, le grand philosophe thomiste trop méconnu, qui avait, en son temps, professé sa foi à la lumière de la raison, fides et ratio, pour reprendre le titre de la célèbre encyclique de Jean-Paul II ainsi que tout l’enseignement de Benoît XVI. La réédition de Catholicisme, foi et problème religieux répond parfaitement à la problématique moderne. La clarté de l’esprit de Louis Jugnet loin d’écarter le mystère, l’approfondit et sans ce mystère notre destinée deviendrait incompréhensible. Rien n’est pire que la suffisance du relativisme.

Catholicisme, foi et problème religieux, Louis Jugnet, Préface de l’abbé Alain Lorans, Editions de Chiré, 80 p, 12 euros.

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

France

« Réveille-toi, ô toi qui dors… »

« Réveille-toi, ô toi qui dors… »

Par Claude Wallaert

C’est bien à nous, Français, qu’il s’adresse, cet homme intrépide ; il sonne la diane et nous encourage ! Son message est d’abord vibrant et stimulant comme un appel de trompette : ironie mordante, chronique moqueuse, galerie de portraits souvent cruels, nous avons droit à tout cela ; puis, la charge s’apaise, la mélodie se fait grave : une fois bien réveillés, nous sommes rappelés à nos devoirs de Français, et encouragés à relever la tête.