Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Deux traditions, un prince

Jeune et brillant historien, Thibault Gandouly nous avait déjà donné une très intéressante biographie de Paul de Cassagnac, l’enfant terrible du bonapartisme. Nous retrouvons ce journaliste intrépide et intelligent dans un second ouvrage, Philippe d’Orléans, comte de Paris. 1838-1894.

Facebook Twitter Email Imprimer

Deux traditions, un prince

Ce prince, petit-fils de Louis-Philippe 1er était peu connu. Il gagne à l’être mieux. Intelligent, travailleur, prudent et réservé, il réunit les deux traditions qui font son héritage, la légitimité du comte de Chambord et la modernité de la maison d’Orléans. Cette réconciliation n’était pas chose facile. Mais des deux côtés elle était tellement souhaitée que la lecture devient passionnante du déroulement de ces rencontres qui s’achèvent par le célèbre « les Orléans sont mes fils » du Comte de Chambord. Après la mort du denier des Bourbons de la branche aînée, c’est tout naturellement que ses fidèles de façon quasi-unanime, se tournent vers Philippe d’Orléans. Nous sommes dans un temps où légitimistes, orléanistes et bonapartistes font l’écrasante majorité à l’Assemblée.

Daniel Halévy a appelé cette période « la République des Ducs ». Ceux que René Rémond a appelés les trois droites sont ici en vraie représentation. Le comte de Paris dirige la manœuvre, s’occupe de chaque circonscription, sait qui est qui et où il est. Il conseille, ordonne, soutient financièrement ou interdit. Il négocie les alliances, dont celle, catastrophique et où il n’ira que contre son gré, avec le Général Boulanger. La fin de l’aventure boulangiste sonne le glas des espérances électorales royalistes. Les républicains, très minoritaires en 1871, sont vainqueurs en 1889. Le Ralliement prôné par Léon XIII va s’achever par la loi de séparation des Églises et de l’État, l’expulsion des congrégations et le vol des établissements d’éducation par la loi qui « fit l’école afin que l’école fasse la loi ».

En refermant cette chronique d’une époque charnière qui vit l’institution du système qui est encore au pouvoir, deux sentiments animent le lecteur. D’abord une grande tristesse que l’auteur résume ainsi : « En définitive, la possibilité d’une restauration monarchique est bien morte avec le comte de Paris, dernier représentant de la maison de France à la tête d’un parti royaliste puissant et organisé ». Cette conclusion en appelle aussitôt une autre, l’immense admiration pour le jeune Maurras qui, à 25 ans, se lance à ce moment dans un extraordinaire renouveau intellectuel, politique et militant du royalisme moribond. En 1952, Maurras meurt bagnard, matricule 8321 après sept ans de réclusion criminelle. Son œuvre est en débris et sa mémoire encore marquée du sceau de l’infamie. Mais en 1969, De Gaulle, méditant en Irlande sur son second et définitif abandon du pouvoir, écrit au comte de Paris « je m’en vais mais vous, vous demeurez ». À l’heure où j’écris ces lignes, l’actuel comte de Paris, qui a signé la préface de cet ouvrage, habite Dreux avec son épouse et ses cinq enfants, domaine royal depuis Robert le Grand. À qui veut bien observer, il n’est pas difficile de voir où sont les signes d’espérance.

Thibault Gandouly, Philippe d’Orléans, Comte de Paris. Préface du prince Jean de France. Via Romana, 2020, 384 p., 24 €.

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

France

« Réveille-toi, ô toi qui dors… »

« Réveille-toi, ô toi qui dors… »

Par Claude Wallaert

C’est bien à nous, Français, qu’il s’adresse, cet homme intrépide ; il sonne la diane et nous encourage ! Son message est d’abord vibrant et stimulant comme un appel de trompette : ironie mordante, chronique moqueuse, galerie de portraits souvent cruels, nous avons droit à tout cela ; puis, la charge s’apaise, la mélodie se fait grave : une fois bien réveillés, nous sommes rappelés à nos devoirs de Français, et encouragés à relever la tête.