Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Comment peut-on être Maulin ?

Facebook Twitter Email Imprimer

Comment peut-on être Maulin ?

Comment peut-on être Maulin ? Quelques conseils : créer des personnages médiocres pour en faire des héros ; privilégier Bach et Schubert au détriment de la composition musicale contemporaine ; célébrer la dégustation du Kirsch ; honorer de fait la tradition de la distillation et le plaisir de pétuner alors que notre société en pleine mutation hygiénique cherche à nous en détourner pour notre bien ; émettre de sérieux doutes sur la démocratie ; dire son admiration pour un nabot, car issu de la plus haute noblesse d’Outre Pyrénées ; militer pour l’indépendance d’un trou géographique à l’heure de la grande épopée de l’union européenne ; préférer les mœurs d’antan, avec force consommations de liquide houblonnais ; porter aux nues le détournement d’une mineure avec description de cette inclination d’ordre érotique pour une jeune fille qui n’a que dix-sept ans…

Citons encore la haine à l’encontre des modernes déchetteries, exemple de vertu dans le domaine du recyclage ; le désir d’effacer de la carte les nouveaux temples du plaisir que sont les parcs d’attraction ; la défense de la nature qui passe par la chasse à l’arc et le vol des pommes des vergers à l’opposé des vertueux écologistes de notre décennie et, quetsche sur le gâteau, l’attraction pour les vieux tracteurs agricoles plutôt que pour les locomotions électriques. Enfin, on ne saurait faire l’impasse sur l’apparition d’un personnage odieux, un facteur qui ouvre les lettres des honorables citoyens (comprenne qui pourra à ce clin d’œil facétieux).

Pire est le final : une bataille entre les personnages du roman et  des gendarmes désemparés, en plans séquences traités sous la même forme, quasi chorégraphique, que la bataille d’Austerlitz dans le « Guerre et Paix » de Sergueï Bondartchouk, inspiré par Tolstoï.

Dans un style apparenté au tir de pruneaux de mitraillette, Maulin défouraille. Sa langue relève de la verdeur littéraire, le rythme est imposé par la phraséologie célinienne et les dialogues sont inspirés par le populiste Audiard.

Livre jubilatoire de la résistance aux ̄̄cuistres, aux collabos du système, La Fête est finie est une œuvre prémonitoire sur l’avenir menacé des hommes libres.

Sa plume, n’est pas celle que l’on peut se mettre… Si un jeune romancier voulait entrer dans la grande cohorte des Hussards, il faudrait qu’il applique cette maxime : être Maulin ou rien ! Ouvrage à consommer sans modération.

 La Fête est finie, d’Olivier Maulin, Denoël, 240 pages, 18,90 €

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

1v1.lol unblocked google sites unblocked bit life unblocked slope unblocked yohoho unblocked io games unblocked drive mad unblocked 1v1.lol unblocked io games krunker.io 1v1.lol
melbet megapari 1win giriş melbet giriş melbet giriş melbet melbet giriş onbahis giriş megapari

Inscription à la newsletter

Ne manquez aucun article de Politique Magazine !

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Politique Magazine ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !