Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Cette beauté qui passe comme un éclair

Savez-vous que les Romains appréciaient « la chair délicate des loirs gris », et que les lérots raffolent du fromage de Cantal ? Que les libellules ont trois cent vingt millions d’années, et leurs yeux trente mille facettes de couleurs différentes ? Que, selon une légende, les mantes religieuses montrent le chemin aux enfants perdus ?

Facebook Twitter Email Imprimer

Cette beauté qui passe comme un éclair

En 2003, Dave Goulson acheta une ferme ancienne au milieu d’une prairie, dans le but de créer une réserve naturelle. Ce ne fut pas une idylle sans nuage ; et dans son livre publié aux éditions du Rouergue il raconte avec humilité, enthousiasme et humour son installation dans la ferme « tombant doucement en ruine » et sans confort moderne, sorte de Sylvain Tesson du Limousin : au lieu de chercher la sobriété et la nature sauvage au bord d’un lac de Sibérie, Dave Goulson consigna ses observations minutieuses et poétiques près d’une mare bordée de frênes et de prunelliers, où rêvent les tritons.

Ce professeur britannique note le charme que notre langue déploie pour nommer la faune et la flore. C’est une leçon d’écolier à travers bois et prés : le moro-sphynx, la mélitée du plantain, le citron, le myrtil, le tircis, l’aurore, la noctuelle du cucubale, l’azuré des nerpruns, qui sont des papillons ; le capricorne, la fourmi rousse des bois, la couleuvre d’Esculape ; les ophrys abeilles, qui sont des fleurs, comme le caille-lait, la quintefeuille cousine de la rose, la mélampyre des prés, le vulpin des prés, le séneçon de Jacob, le liondent, le silène, la luzerne lupuline ; la fauvette babillarde, le râle des genêts, le tarier pâtre qui pond dans les haies ses œufs bleu ciel… Patrimoine vivant mais aussi littéraire, linguistique, qui s’ébroue entre les pierres, dans la lumière estivale qui baigne le récit.

La chronique des tumultueuses relations de couple des papillons, des libellules ou même des fleurs et des champignons, nous rappelle que le paradis n’est pas terrestre. Les derniers chapitres abordent les insecticides et le rapport complexe que nous entretenons avec notre habitat, et avec cette vie opulente des prairies et forêts. Car la question de l’émission des gaz à effet de serre occulte souvent les autres enjeux de l’écologie ; comme si l’essentiel était de mener une vie numérique et citadine sur une terre élaguée, propre, « végétalisée » et morte. Battement d’ailes vert et bleu d’une libellule, qui scintille dans l’air un bref instant ; fragilité d’une langue, de la mémoire : l’or de la prairie est un trésor périssable.

 Dave Goulson, L’Appel de la prairie. Carnets d’un naturaliste en France. Éditions du Rouergue, 2022, 304 p., 23 €.

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

France

Négocier plutôt que confronter

Négocier plutôt que confronter

Par Arthur Rozen

Avec Les Jaunes, un syndicalisme tricolore, Didier Favre apprend aux plus jeunes d’entre nous qu’un mouvement syndical, dit jaune, a su exister au début du XXe siècle sans se tâcher du rouge collectiviste et internationaliste. Il ne faut pas s’y tromper, les « Jaunes » sonnent comme un faux-ami cinq ans après les Gilets de la même couleur. Et attention, ce livre ne traite pas non plus de syndicalisme d’origine asiatique…

Inscription à la newsletter

Ne manquez aucun article de Politique Magazine !

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Politique Magazine ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !