Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

« Aujourd’hui le pape n’est plus facteur d’unité mais de division »

Maxence Hecquard étudie depuis des années la question de l’autorité dans l’Église. Ses recherches l’ont mené à une position très tranchée sur la légitimité des papes depuis Vatican II. Entretien avec Maxence Hecquard réalisé par Philippe Mesnard.

Facebook Twitter Email Imprimer

« Aujourd’hui le pape n’est plus facteur d’unité mais de division »

Le pape François parle beaucoup aux médias, mais pas toujours dans les formes canoniques habituelles du magistère.

Certes tous les propos du pape ne sont pas couverts par le charisme de l’infaillibilité. Toutefois il n’existe pas de « formes canoniques » que le pape devrait respecter pour engager son infaillibilité. Le concile Vatican I est formel : le pape est infaillible lorsqu’il parle en tant que successeur de Pierre en matière de foi et de mœurs. Aucune forme spécifique n’est requise. Pie XII a rappelé que l’on peut trouver des définitions dogmatiques dans de simples lettres encycliques adressées aux évêques. La déclaration Fiducia supplicans du 18 décembre 2023 autorisant