Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

À la France, il faut un roi !

Facebook Twitter Email Imprimer

À la France, il faut un roi !

Voilà un petit livre qui donne à réfléchir. Il n’est petit que d’apparence. Le Père Michel Viot, ancien pasteur luthérien, devenu prêtre catholique, et de ce catholicisme qui imprègne l’intelligence en tous domaines, n’hésite pas à aborder la question capitale des institutions politiques. Pour lui, à la différence de bien des clercs qui dans la suite du Ralliement à la République de Léon XIII pensaientt que cette question était indifférente, le régime d’un pays comme la France commande l’essentiel de sa vie et de son devenir. Le régime républicain, par définition, est destructeur de tout ce qui constitue la France. Ne pas le comprendre, c’est n’avoir aucune intelligence de l’histoire de notre nation. L’essai est complet, autant historique qu’actuel. Le principe de légitimité politique s’est forgé à partir de Clovis et à travers la succession des dynasties pour s’affermir avec les Capétiens. L’auteur explique admirablement pas seulement saint Louis, mais Philippe Le Bel et Louis XIV. Ni les Bonaparte ni le général de Gaulle n’ont réussi à instaurer une nouvelle légitimité. La Ve République est une fausse monarchie qui ne représente ni le peuple ni la France. Sa nature est profondément immorale. On ne peut que partager le jugement sévère de Père Michel Viot. Elle montre son incapacité à régler la question de l’Islam qu’elle ne comprend pas, opposant sa fausse laïcité qui n’est qu’un vide, une sorte de religion à l’envers, à une conception globale de la vie qui l’emportera toujours sur elle. Elle ne sait même pas affronter une épidémie où son agitation sans principe aggrave la situation au lieu de la corriger. La démonstration s’achève en réquisitoire. Le jugement ne peut être qu’implacable.

La France a besoin d’un roi, Père Michel Viot, Via Romana, 295 p., 12 €

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés

Civilisation

Gouverner c’est douter. Le scepticisme méthodologique chez Montaigne

Gouverner c’est douter. Le scepticisme méthodologique chez Montaigne

Par Louis Soubiale

Rien ne paraît plus audacieux à l’homme – devrait-on ajouter l’épithète moderne, comme pour caractériser ce type d’homme occidental enfanté par un XXe siècle techniciste, mécaniciste, en un mot, déspiritualisé – que de défier ce qui le transcende, même ce à quoi son entendement se dérobe, ne se souciant guère que sa raison soit enténébrée dans l’ineffable et l’inaccessible, que son Logos s’évapore dans l’immensité infinie du cosmos…