Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

L’oiseau de Minerve a les ailes lourdes

Facebook Twitter Email Imprimer

L’oiseau de Minerve a les ailes lourdes

La chouette, emblème de la capitale grecque, perchée sur l’épaule de Minerve, figure sur le tétra drachme et sur la pièce frappée par l’État grec depuis son entrée dans la zone euro ; trois mille ans les séparent.

Capable de voir dans l’obscurité, elle symbolise la sagesse. Hegel rappelle cependant qu’elle prend son envol au crépuscule, quand le soleil se couche, que les passions s’apaisent et qu’il est trop tard pour agir.

Que comprendre de la crise qui fait la première page des journaux ? Et quelle attitude adopter avant qu’il ne soit trop tard ?

De fait, un hebdomadaire britannique (réputé pour son sérieux) caricature en couverture le divorce entre l’Union européenne et la Grèce, représentant Madame Merkel et Monsieur Tsipras debout côte à côte au bord du gouffre.

Concomitamment, le gouverneur de la Banque Centrale de Grèce exprime la crainte que, dut-elle sortir de la zone Euro, la Grèce redevienne « un petit pays pauvre du sud de l’Europe ». Or cela elle est, a été, et risque de rester. L’erreur, partagée par les Européens et les Grecs, a été de la prendre pour autre chose. L’illusion n’a tenu que le temps des crédits.

On s’efforce de poser la Grèce en pays capable de se comporter comme l’Allemagne (en adulte, demande Madame Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international), or la Grèce n’a rien à voir avec l’Allemagne ; c’est un petit pays pauvre du sud de l’Europe du Sud et la crise n’a rien arrangé.

Faute de lucidité, de sang-froid, de générosité, de sagesse en un mot, l’Union européenne n’est-elle pas sur le point de manquer une occasion de légitimer son existence?

Quel est le constat ? Les Grecs n’ont pas les moyens de rembourser leur dette. Dette d’ailleurs transférée au cours des années à la Banque centrale Européenne ou au Fonds monétaire international, mieux à même de supporter un défaut. L’euro, monnaie forte, n’est pas adaptée à l’économie du pays. Le régime d’austérité a abaissé de 15% le coût de la main d’œuvre mais n’a pas ramené la compétitivité. Le chômage de masse qui en a résulté est en train de détruire la société. Le produit intérieur brut continue de se dégrader tandis que l’activité économique repart dans les autres pays de la zone euro. Pourtant les Grecs restent en majorité attachés à la sécurité qu’elle semble offrir.

Plutôt que de représenter Madame Merkel et Monsieur Tsipras côte à côte, comme un couple de tailles égales, il faut cesser de supposer à la Grèce des moyens qu’elle n’a pas. Admettre que si elle a eu tort de vouloir entrer dans la zone euro, d’autres ont eu tort d’accepter, les uns par orgueil (les Grecs), les autres par légèreté ou intérêt (les pays du nord du l’Europe). Monsieur Varoufakis, ministre des finances grec et professeur d’économie à Londres, rappelle sans ménagement que les dettes des uns sont les créances des autres qui se trouvent être également les exportateurs à l’origine des déficits. Il demande que les pertes soient partagées.

La Grèce sert aussi de repoussoir aux pays de la zone Euro qui auraient des velléités de sortie, une solution adaptée à son cas risquant d’être réclamée par d’autres.

Les Grecs retirent leurs dépôts des banques locales. Les armateurs, principaux industriels de la région, ont compris depuis longtemps le terme « off shore ».

On n’était pas sûr que les banques ouvrent après le week-end.

Il faut se montrer solidaires des Européens que sont les Grecs, avoir à leur endroit l’attitude de l’Allemagne vis-à-vis de ses concitoyens de l’Est. Ou faire le constat que la zone euro n’est viable que pour les semblables de l’Allemagne, c’est-à-dire pas grand monde, et en tirer les conséquences.

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés