Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Quelques nouveautés BD…

Facebook Twitter Email Imprimer

Quelques nouveautés BD…

Tripoli

« Depuis les murs de Montezuma jusqu’aux rives de Tripoli, Nous nous battrons pour notre pays, Dans les airs, sur terre ou sur mer, Les premiers à se battre pour le Droit et le Liberté… » Les paroles du Corps des Marines, qui ont été écrites à la fin du XIXe siècle font référence à une bataille aujourd’hui oubliée et qui peut être considérée comme l’acte fondateur de ce corps d’élite de l’armée américaine. L’épisode se déroule, au début du XIXe siècle sous le règne de Yussef Ibn Ali Karamanli, pacha de Tripoli. Ce dernier réclame plus de subsides que le Traité de paix conclu entre son « califat » et la jeune nation des Etats-Unis ne le stipule. En fait, il réclame un tribut de 225.000 dollars. Le président Thomas Jefferson ne s’en laisse pas compter et décide de lui déclarer la guerre en mai 1801. Il charge l’ex-consul de Tunis, William Eaton, de contacter Hamet Ibn Ali Karamanli, frère du déposte et surtout roi légitime de Tripoli pour l’aider dans sa tâche…

C’est un grand récit d’aventure auquel Youssef Daoudi, ancien directeur artistique dans différentes agences de communication, nous convie. Avec un réel talent de scénariste, dessinateur et coloriste, il retranscrit avec brio un épisode méconnu de l’histoire militaire américaine, haut en couleurs, très politique, bien documenté. Un parfum à la Lawrence d’Arabie s’échappe de chacune de ces pages, près d’un siècle avant l’épopée de l’officier anglais. Un ouvrage qui mérite de nombreux éloges.

Tripoli – Youssef Daoudi – Editions Glénat – 88 pages – 19,50 euros

Alexandre l’Epopée

Nous sommes en 336 avant Jésus Christ. Le roi Philippe II de Macédoine vient de mourir. Son fils, le jeune Alexandre qui n’a que 20 ans est appelé à lui succéder. Il va régner sur un vaste royaume qui, sous l’impulsion de son père, s’est étendu jusqu’à la Grèce classique. C’est l’armée, réunie à Pella capitale de la Macédoine, qui acclame et proclame Alexandre roi. Deux de ses proches amis, Karanos et Méléagre assistent à son couronnement. Ils sont chargés de veiller sur Pyrrhus et Eurydice qui ont les faveurs d’Alexandre. Mais Pyrrhus et Eurydice se sont vus dépouillés de leurs titres et de tous leurs biens par feu le roi Philippe II…

Assassinats, complots et manipulations vont alors entrer en jeu pour déstabiliser le jeune monarque, qui se voit contraint et forcé d’éliminer tous ses rivaux potentiels. Le trône est à ce prix…

Superbement dessiné, ce péplum historique est très documenté, peut-être un peu trop parce que le non initié à l’histoire antique peut se trouver dérouté et parfois un peu perdu dans le flot d’informations qu’il doit engranger. Certes le lexique en fin d’album se révèle utile, éclairant le lecteur sur les expressions précises. De même l’album contient une carte de référence qui permet d’appréhender l’étendue du royaume d’Alexandre entre sa prise de pouvoir (-336) et sa disparition (-323).
Il n’en reste pas moins que le scénario aurait mérité d’être un peu plus simple, moins alambiqué même si l’on image bien que la succession de Philippe II n’a pas été de tout repos pour Alexandre.
Et même si l’imagination permet de suppléer à une vérité historique qui fait cruellement défaut par certains moments, ce premier tome s’affirme comme un opus d’une grande qualité. Il faut simplement prendre le temps de le lire, de s’en imprégner et au préalable, de réviser ses cours d’histoire !

Alexandre l’Epopée –Tome 1 – « Un roi vient de mourir » – Chauvel/Le Galli/Java – Editions Glénat – 64 pages – 14,95 euros

La Banque

Londres 1815. Charlotte de Saint-Hubert dont les parents ont fui la Révolution survit dans un réduit miteux avec son frère Christian. Ce dernier travaille pour Nathan Rothschild. Il est employé à surveiller le colombier du riche banquier. En dehors de tenir l’endroit propre en ramassant les fientes des pigeons voyageurs, il doit porter les messages à son supérieur, Ellis, qui les remet alors en mains propres à Lord Rothschild.

Pendant ce temps, Charlotte, pour subvenir aux besoins du « ménage familial » et tenir son rang, joue les courtisanes, en particulier auprès de Lord Milligan qui maltraite souvent la jeune française exilée. Lord Milligan est invité à une réception chez les Rothschild. Charlotte de Saint-Hubert l’accompagne. Le fils de l’hôte, Jacob Rothschild, n’en peut plus de voir celle qu’il aime dans les bras de ce lord libidineux….

Avec le premier tome de leur nouvelle série « La Banque », Pierre Boisserie, Philippe Guillaume et Julien Maffre, entraînent le lecteur dans une grande saga familiale au cœur du monde de la finance. Ils délivrent un récit dense, passionnant, sans scrupules et terriblement actuel où le cynisme est quasiment roi. Le lecteur remarquera aussi combien le recueil d’information peut-être primordial pour faire fortune… ou pas. On attend avec impatience le tome 2 (« Le milliard des émigrés ») dont la sortie est prévue en septembre.

La Banque – Tome 1 – « L’initié de Waterloo » – Boisserie-Guillaume-Maffre – Editions Dargaud – 56 pages – 13,99 euros

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés