Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

La fin du pacifisme au Japon ?

Facebook Twitter Email Imprimer

La fin du pacifisme au Japon ?

Le Japon va-t-il réformer sa constitution alors que le continent asiatique est en pleine mutation ?

La défaite de la France contre le Portugal dans l’Euro de football et les vacances d’été font que le public français ne portera sans doute pas grande attention aux résultats des élections sénatoriales japonaises du 10 juillet qui ont vu la victoire de la coalition du premier ministre nationaliste Shinzo Abe. Avec ses alliés, il atteint maintenant les deux tiers des sièges des deux chambres ce qui ouvre la voie à une réforme de la constitution par referendum. La constitution de 1947, imposée par les vainqueurs américains, comprend le fameux article 9 qui stipule le renoncement du Japon à la guerre.

En fait, dès la guerre de Corée et la guerre froide qui a suivie, les Etats-Unis ont autorisé le Japon à reconstituer des « forces d’auto-défense ». Une armée donc, mais sans capacité offensive et sans la possibilité d’intervenir en dehors des frontières japonaises.

L’Asie, région du monde la plus peuplée et en passe de devenir la plus riche, est aujourd’hui en ébullition. Après la chute de l’empire soviétique et la fin  des guerres qui opposaient les deux blocs en Corée, puis au Vietnam, la montée en puissance de la Chine provoque de nombreuses tensions dans une grande partie de l’Asie. Pékin a considérablement augmenté son budget militaire et se dote de forces aéronavales capables d’intervenir sur des théâtres d’opérations extérieures. De me^me a-t-il étendu son domaine maritime de façon unilatérale et entre maintenant en conflit avec plusieurs de ses voisins : Vietnam, Philippines et Japon. Avec le Vietnam et les Philippines, la contestation porte sur les iles Paracels et Spratley. La Chine installe des aéroports, des rampes de missiles et des radars sur les ilots inhabités. Avec le Japon, il y a régulièrement des incidents autour des iles Senkaku (Diaoyu pour les chinois) qui se situent entre Okinawa et Taiwan. Ces iles sont inhabitées mais le sous-sol est riche en gaz et hydrocarbures non encore exploités.

Le Japon importe la totalité de son pétrole et de son gaz naturel qui viennent pour la plus grande partie du Moyen-Orient. L’autosuffisance alimentaire du Japon n’est que de 50%. Le pays est donc très vulnérable en cas de crise qui bloquerait la navigation en Asie du sud-est (détroit de Malacca). D’où l’importance du traité de sécurité Nippo-Américain de 1951 renouvelé plusieurs fois, malgré une forte opposition interne et le stationnement, 71 ans après la fin de la deuxième guerre mondiale, de nombreuses troupes américaines sur le sol japonais  (US Marines à Okinawa et 7e flotte avec porte-avion nucléaire à Yokosuka, près de Tokyo).

Les américains poussent le Japon à un effort de défense plus important et le Parlement japonais a autorisé, en 1992, l’envoi de militaires à l’étranger dans le cadre des opérations de maintien de la paix des Nations Unis. Depuis, d’autres aménagements ont été apportés mais sans toucher au fameux article 9.

Malgré sa victoire de ce dimanche, il n’est pas absolument certain que Shinzo Abe ose modifier cet article 9, étant donné l’attachement des japonais au pacifisme. Mais l’introduction de l’état d’urgence dans la constitution est envisagé, ce qui inquiète la Chine et la Corée du Sud qui redoutent une remilitarisation du Japon.

Les tensions ne sont donc pas prêtes de s’apaiser dans la région.

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés