Recevez la lettre mensuelle de Politique Magazine

Fermer
Facebook Twitter Youtube

Article consultable sur https://politiquemagazine.fr

Nouveautés BD

Facebook Twitter Email Imprimer

Nouveautés BD

La Faute au midi

En août 1914, le tocsin sonne dans tous les villages du Sud de la France. Les jeunes appelés prennent le chemin de leurs régiments puis des gares. Ils s’en vont rejoindre le front combattre les Allemands en Lorraine. Sur le quai de la gare Saint-Charles, la mère d’Auguste Odde vient lui dire au revoir. Le jeune appelé la rassure. Il sera rentré rapidement. En trois mois, tout sera réglé. La France n’est-elle pas l’une sinon la meilleure armée du monde ?

Le jeune homme et son coreligionaire corse, Thomas Tomasini, originaire de Monacia d’Aullène, sont fraîchement accueillis par leur chef de section. Ils connaissent bien vite les difficiles combats, les premiers tués, les tirs d’artillerie, ceux des mitrailleuses… Le 21 août, l’une des plus grandes batailles s’engage. Les généraux de l’Etat-major français, le général Joffre en tête, sont sûrs de leurs succès. Mais ses subordonnés sont nettement plus réservés… Ce 21 août Joffre téléphone au ministre de la Guerre Adolphe Messimy : « J’ai fait replier en arrière le 15e corps, qui n’a pas tenu sous le feu et qui a été cause de l’échec de notre offensive. » La légende noire du XVe corps vient de naître.

L’historien, Jean-Yves Le Naour, spécialiste de la Première guerre mondiale, revient sur cette tragédie qui a frappé le XVe corps commandé par le général Espinasse. Il met admirablement en scène les deux soldats, Odde et Tomasini, qui ont vraiment existé et qui vont payer de leur vie cette légende. Ils ont été fusillés pour l’exemple. Le cahier didactique de huit pages à la fin de l’ouvrage détaille leur (juste) réhabilitation.

La Faute au midi – Jean-Yves Le Naour et A. Dan – Editions Grand Angle – 56 pages – 13,90 euros

François -Ferdinand

C’est l’acte qui a déclenché la Première Guerre mondiale. Le 28 juin 1914, l’archiduc d’Autriche François-Ferdinand de Habsbourg et son épouse morganatique, Sophie Chotek, sont assassinés à Sarajevo. Mais que sait-on vraiment de l’homme, de sa femme, de leur vie ? Se souvient-on qu’en dehors d’être un père aimant et attentif, il était l’objet de perpétuelles humiliations de la part de son oncle l’Empereur d’Autriche, François-Joseph 1er. La plupart des cérémonies officielles auxquelles il est convié ne leur apportent à lui et Sophie que des vexations. L’héritier subit, plie mais ne rompt pas. Après avoir clairement et franchement parlé à l’Empereur, ce dernier lui demande d’aller en visite officielle à Sarajevo, le 28 juin. Sophie y voit un piège. François-Ferdinand y voit au contraire l’occasion de reprendre sa place, de tester son courage politique. Mais le 28 juin est le jour de la fête nationale serbe…

L’historien Jean-Yves Le Nouar et le dessinateur Chandre (Alexandre Schmit de son vrai nom) plongent le lecteur dans la Cour autrichienne qui fleure bon l’Ancien régime en ce début de XXe siècle. On sent bien les tensions internes au sein de la famille impériale, entre l’oncle et le neveu mais également, mais également celles qui peuvent naître entre François-Ferdinand et l’État-major militaire. Le lecteur appréciera également la clarté du propos dans le déroulé des faits et la fidélité historique qui a gouverné la rédaction de cet ouvrage qui mérite bien des lauriers.

François-Ferdinand – Jean-Yves Le Naour & Chandre. Éditions Grand Angle – 56 pages – 13,90 euros

Facebook Twitter Email Imprimer

Abonnez-vous Abonnement Faire un don

Articles liés